Chronos chronos left.png
Rusmed logo color.png
Chronos chronos right.png

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Annemarie Buresch

From Commission Historique
Revision as of 17:53, 7 April 2022 by L.strappazon (talk | contribs) (Remplacement de texte — « Strassburg » par « Straβburg »)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Annemarie Buresch
First name Annemarie
Last name Buresch
Gender feminin
Birth 20 June 1898 (Hildesheim)
These Pseudoarthrose und Muskel
Licence to practise medicine 1926
Profession Médecin

Title Dr. med.

Spécialités Médecine interne


Annemarie Buresch (1898-?) est une femme médecin spécialiste de médecine interne. Après avoir travaillé en chirurgie durant sa thèse de doctorat, elle débute sa carrière médicale aux côtés du professeur Karl Kissling (1875-1953) à l’hôpital de Mannheim dans l’État libre de Bade. Débutant comme Volontärassistentin après l’obtention de l’Approbation en 1926, elle devient Assistenzärztin en 1929 elle finit par être nommée Oberärztin au service de médecine interne de l’hôpital de Mannheim dès 1933. Depuis 1933, Annemarie Buresch est également la belle-sœur du professeur Otto Bickenbach (1901-1971) qui a épousé sa sœur Irmgard.

En avril 1944, Annemarie Buresch est affectée au service de polyclinique médicale de la Reichsuniversität Straβburg dirigée par son beau-frère, le professeur Bickenbach. Restant en poste jusqu’en novembre 1944 (quoiqu’absente en raison d’un congé de maladie), elle parvient à prendre la fuite avant que les Alliés ne prennent la ville de Strasbourg et les hospices civils ainsi que l’université les 22 et 23 novembre 1944. Elle suit alors le professeur Bickenbach qui replie sa section « biologie » de l’institut de recherches. Elle se retrouve en poste avec lui à Bad Mergentheim en février 1945, ce qui pose question sur son éventuelle implication dans des projets de recherches et d’expériences (ou du moins leur genèse si ce n’est leur réalisation) que Bickenbach comptait mener sur des êtres humains.

Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, elle s’établit à Mannheim, la ville où elle s’est formée à la médecine interne, et ouvre, en tant qu’interniste, son cabinet en ville. Dans les années 1950 et 1960, elle est en outre membre ordinaire de la Deutsche Gesellschaft für innere Medizin (Société allemande de médecine interne).

Biography

Famille et cursus médical (1898-années 1920)

Née en 1898 dans le Reich wilhelmien, Annemarie Buresch débute des études de médecine au sortir de la Première Guerre mondiale, sous le régime de la République de Weimar. En 1926, alors qu’elle prépare une thèse de doctorat de médecine spécialisée en chirurgie osseuse, elle obtient le titre de médecin en recevant son Approbation, c’est-à-dire l’autorisation d’exercer l’art médical.

Naissance et liens de parenté

Annemarie Buresch est née le 20 juin 1898 à Hildesheim, une ville d’environ 40.000 habitants alors située dans la province de Hanovre du Royaume de Prusse. Elle grandit sous le Reich de Guillaume II et accomplit son cursus scolaire au secondaire jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale.

Annemarie Buresch est la belle-sœur du professeur Otto Bickenbach (1901-1971), puisque ce dernier a épousé, le 10 décembre 1933 à Hanovre, Irmgard Buresch, la sœur d’Annemarie[1].

Les études de médecine

Dans l’état actuel des recherches, il n’a pas été possible de reconstituer l’intégralité du parcours universitaire d’Annemarie Buresch. En revanche, au regard de la chronologie, il ne fait aucun doute qu’elle ait fait ses études de médecine sous le régime de la République de Weimar. Terminant son cursus probablement en 1925 par l’examen médical d’État (medizinisches Staatsexamen), elle obtient l’autorisation d’exercer la médecine (Approbation) l’année suivante, à l’issue d’une année de pratique médicale accomplie à Mannheim dans l’État libre de Bade[2].

De plus, elle entreprend de parachever sa formation universitaire et scientifique en préparant une thèse de doctorat de médecine à l’université de Fribourg-en-Brisgau. Dans sa thèse, intitulée « Pseudarthrose et muscle » (Pseudarthrose und Muskel), Annemarie s’intéresse à un champ de la discipline chirurgicale visant à traiter une anomalie dans la consolidation et la cicatrisation osseuse à la suite d’une fracture[3].

Il subsiste toutefois une certaine ambigüité quant à la date exacte de la soutenance de sa thèse et de l’obtention de son titre de docteure en médecine. D’une part, il semble que son manuscrit ait déjà été publié en 1926 auprès de l’éditeur Springer de Berlin. Mais d’autre part, il n’aurait été enregistré en tant que thèse de doctorat qu’en 1929 auprès de la faculté de médecine l’université de Fribourg-en-Brisgau[4]. Selon sa fiche biographique disponible sur le site Dokumentation Ärztinnen im Kaiserreich, développé par l’Institut für Geschichte der Medizin und Ethik in der Medizin de l’hôpital de la Charité à Berlin, Annemarie Buresch aurait d’ailleurs soutenu sa thèse le 18 juin 1929 . Enfin, il convient de préciser que plusieurs indices laissent à penser qu’elle ait aussi travaillé à la clinique chirurgicale de l’académie de médecine de Düsseldorf lors de la préparation de sa thèse de doctorat[5].

Le début de la carrière médicale et scientifique à l’hôpital de Mannheim (années 1920-1930)

Dès l’obtention de l’Approbation en 1926, Annemarie Buresch, alors âgée de vingt-huit ans, débute sa carrière médicale à l’hôpital de Mannheim. Intégrant l’équipe de la clinique médicale du professeur et interniste Karl Kissling (1875-1953), elle évolue rapidement au sein de l’équipe, jusqu’à devenir chef de clinique (Oberarzt) en 1933. Dans le même temps, elle s’investit beaucoup dans le domaine de la recherche scientifique et médicale et publie de nombreux articles dans des revues spécialisées.

Une évolution rapide au sein du service de médecine interne

Une fois devenue médecin, Annemarie Buresch commence en 1926 sa carrière médicale et scientifique au sein du nouvel hôpital de la ville Mannheim (städisches Krankenhaus), dans l’État libre de Bade (Freistaat Baden). Inauguré officiellement le 3 juillet 1922, cet hôpital a pris place au sein « d’installations tout à fait modernes » et les treize bâtiments qui le composent se situent « dans un grand parc, sur les rives du Neckar ». L’annonce de son ouverture dans le Zentralblatt der Bauverwaltung précise qu’il disposait de 1140 lits pour les patients (Krankenbetten) et de 392 pour le personnel médical (Personalbetten), des chiffres qu’il était prévu de porter respectivement à 1389 et 415 par la suite[6].

Annemarie Buresch intègre plus précisément l’équipe du professeur et interniste Karl Kissling (1875-1953), le directeur de la clinique médicale de l’hôpital de Mannheim. Débutant sa carrière Volontärassistentin[7], elle obtient ensuite un poste d’Assistenzärztin au service de médecine interne en 1929[8]. Quatre ans plus tard, en 1933, elle est promue chef de clinique (Oberärztin) au sein du même service[9] et finit par obtenir, le 22 mai 1934 son certificat de spécialisation en médecine interne, devenant Fachärztin für Innere Krankheiten (médecin spécialiste en médecine interne)[10]. Par manque de sources, il est difficile de dater exactement l’année où Annemarie Buresch quitte l’hôpital de Mannheim, mais il est certain qu’elle y reste en poste au moins jusqu’en 1937[11], étant à ce moment-là domiciliée au Hebelstraße 23[10].

Une activité scientifique variée

À la même période, au tournant des années 1920 et 1930, Annemarie Buresch s’investit grandement dans la recherche médicale et scientifique, publiant de nombreuses contributions dans des revues spécialisées allemandes qui sont commentées et recensées dans d’innombrables autres revues médicales. Au total, entre 1926 et 1938, elle signe (ou co-signe) huit publications, le point culminant de son activité scientifique coïncidant plus précisément avec la période où elle travaille comme Assistenzärztin au début des années 1930. Les travaux soumis par Annemarie Buresch à la communauté scientifique traduisent son intérêt pour divers champs de la discipline médical et son inscription dans les thématiques et problématiques du moment.

Au départ, Annemarie Buresch commence à s’intéresser à la pseudarthrose, un thème issu de la chirurgie osseuse et orthopédique, qui constitue le sujet de sa thèse de doctorat, publiée dès 1926 dans la revue chirurgicale Archiv für klinische Chirurgie[12]. La pseudarthrose désigne une anomalie dans le processus de cicatrisation et de consolidation des tissus osseux intervenant à la suite d’une fracture.

Au regard des travaux publiés, la carrière scientifique du Dr. Buresch débute véritablement à partir de 1931, alors qu’elle travaille depuis plus de cinq ans à la clinique médicale de l’hôpital de Mannheim. Se tournant tout d’abord vers la pneumologie, elle publie cette année-là deux études dans la revue Deutsche Medizinische Wochenschrift qui traitent de cas de pneumoconiose et plus spécifiquement d’asbestoses. Ces deux termes médicaux correspondent à des affections pulmonaires typiques causées par l’exposition et l’inhalation de particules spécifiques venant se fixer sur les parois pulmonaires : le terme de pneumoconiose renvoie à l’ensemble de ces maladies pulmonaires de manière générale, tandis que le second caractérise la maladie pulmonaire causée précisément par l’exposition à l’amiante (elle aussi connue sous le nom d’amiantose)[13].

En réalité, l’objet de ses recherches vise plus singulièrement à examiner la reconnaissance de ces pathologies comme maladies professionnelles, une véritable préoccupation de l’époque. Dans l’introduction de la « partie clinique » de son article intitulé « pneumoconiose, maladie professionnelle et obligation d’indemnisation » (Pneumokoniose, Berufskrankheit und Entschädigungspflicht), Annemarie Buresch rappelle en effet que la législation adoptée dans le Reich les années précédentes a permis de reconnaître les formes graves de pneumoconiose au titre des maladies professionnelles[14]. Pour ses travaux, elle développe le cas d’un homme de quarante-sept ans qui travaille dans une usine d’amiante depuis plus de vingt-six ans qui avait développé une forme grave d’asbestose en raison de son activité professionnelle[15].

Précisons que ce même « cas, grave, mortel, d’asbestose » ainsi que le qualifie le Reichsarbeitsblatt en 1937[16], a servi de base à Annemarie à un nouvel article scientifique intitulé « la pneumoconiose comme maladie professionnelle et le Code des assurances santé du Reich » (Asbestlunge als Berufskrankheit und das Reichsversicherungsgesetz)[17]. Dans celui-ci, elle centre davantage son attention sur la législation en vigueur concernant les maladies professionnelles, leur application aux pneumoconioses et plus particulièrement les indemnisations auxquelles les patients voire leur famille peuvent prétendre[18].

De plus, après s’être préoccupée des pneumoconioses, Annemarie Buresch commence à étudier le métabolisme du corps humain, en participant dès 1931 à la rédaction d’un article intitulé « Métabolisme énergétique et régulation de l’équilibre acido-basique » (Energiestoffwechsel und Säurebasenregulation) avec son confrère Dietrich Jahn et sa consoeur Irmgard Kirchbach[19]. En 1932, Annemarie publie une étude scientifique et biochimique sur une maladie endocrinienne, la maladie d’Addison et examine ses répercussions sur le métabolisme, en particulier les perturbations du métabolisme des glucides[20]. Dans le même champ de recherches, elle fait de la thérapeutique médicale son nouvel objet d’étude, en signant un article sur la thérapie de l’atrophie subaigüe du foie à l’aide d’un traitement à base d’insuline-glucose (Zur Insulin-Traubenzuckertherapie der subakuten Leberatrophie)[21]. Elle s’intéresse ensuite au traitement des cas d’anémie sévère avec des fortes doses de fer (Die Behandlung schwerer Anämie bei Magenblutungen mit großen Eisendosen)[22], puis à celui des hyperthyroïdies par l’emploi d’un certain acide aminé iodé non protéinogène appelé diiodotyrosine (C9H9I2NO3)[23]. L’activité scientifique du Dr. Buresch est donc particulièrement intense entre 1931 et 1934 et témoigne de son intérêt pour divers champs de la discipline médicale, traitant non seulement de la chirurgie, de la pneumologie et de l’étude du métabolisme ainsi que des thérapeutiques modernes.

Si le Dr. Annemarie Buresch reste en poste au service de médecine interne de l’hôpital de Mannheim jusqu’à la fin des années 1930 (et peut-être au-delà), on ne trouve plus de trace d’autres contributions scientifiques attribuables à Annemarie dans les années qui suivent, ni même de son activité précise dans les premières années de la guerre.

Médecin à la Reichsuniversität Straβburg (avril 1944 – début 1945)

En avril 1944, après dix-huit ans de carrière médicale et d’expérience en médecine interne, le Dr. Annemarie Buresch, âgée d’environ quarante-six ans, poursuit sa carrière à la Reichsuniversität Straβburg. Elle obtient alors un poste à la policlinique médicale dirigée par son beau-frère, le professeur Otto Bickenbach (1901-1971). Restant en poste jusqu’en novembre 1944 à Strasbourg, elle parvient à prendre la fuite avant l’arrivée des Alliés et à poursuivre sa carrière dans un service de l’université repliée outre-Rhin.

Assistenzärztin à policlinique médicale du professeur Bickenbach (avril – novembre 1944)

Le 1er avril 1944, Annemarie Buresch prend ses fonctions à la clinique médicale de la Reichsuniversität Straβburg créée environ deux ans et demi plus tôt en Alsace annexée. Pendant près de sept mois, jusqu’en novembre 1944, elle travaille comme Assistenzärztin et poursuit sa carrière médicale dans cette université modèle du IIIe Reich. Elle est plus précisément affectée à la policlinique médicale dirigée par son beau-frère, le professeur Otto Bickenbach (1901-1971). Durant sa présence à la policlinique, l’équipe de Bickenbach est composée de quatre médecins en avril 1944 : Bickenbach s’appuie sur deux Assistenzärzte (l’Alsacien Auguste Lieber et sa belle-fille Annemarie Buresch) et deux Pflichtassistenten (Luzian Wiederstroem et Paul Schneider)[24].

Il convient de préciser que si Annemarie Buresch figure effectivement sur les listes du personnel médical jusqu’en novembre 1944, elle n’était en réalité plus en poste à compter du 1er septembre et ce, jusqu’à la fin de l’existence de la Reichsuniversität Straβburg en Alsace. Notée « momentanément absente » (zur Zeit abwesend)[25] sur les listes du personnel, elle bénéficiait en fait d’un congé de maladie à cause d’une maladie persistante (beurlaubt zur Durchführung eines längeren Heilverfahrens)[26]. De plus, si Wiederstroem était arrivé dans le service en février 1943, il faut aussi préciser qu’Annemarie Buresch n’a jamais pu travailler avec Paul Schneider, puisque celui-ci, présent aux côtés de Bickenbach et Lieber depuis le mois de juin 1942 au sein de ce qui était encore l’Abteilung III de la clinique médicale, avait été incorporé dans l’armée et envoyé au front au mois d’août 1943 (zur Zeit im Felde)[27].

L’absence du Dr. Buresch à l’été 1944 accroît fortement le manque de personnel à la policlinique médicale au cours du deuxième semestre de l’année 1944, d’autant que le Dr. Luzian Wiederstroem aurait été affecté à un service de travail civil comme son confrère le Dr. Renatus Piffert de l’Abteilung II, probablement à la suite d’une mesure punitive[28]. Précisons par ailleurs qu’Annemarie Buresch est l’une des dernières femmes à avoir été nommée médecin à la clinique médicale allemande de la Reichsuniversität Straβburg. En totalité, parmi les 81 médecins qui ont occupé un poste à la clinique médicale (tous services confondus) à un moment donné entre le mois d’août 1940 et le mois de novembre 1944, c’est-à-dire entre l’ouverture de l’hôpital civil allemand après l’annexion jusqu’à l’évacuation de la Reichsuniversität Straβburg, nous avons pu identifier précisément seize femmes (environ 20%) sur les listes du personnel médical[29].

Le nom d’Annemarie Buresch apparaît aussi à plusieurs reprises dans des échanges épistolaires entre les services administratifs de la Reichsuniversität Straβburg et les pouvoirs politiques de l’administration civile en Alsace (Gauleitung). En effet, en 1944, les autorités civiles et militaires continuent de faire pression sur les établissements de santé en Alsace afin que ceux-ci se séparent d’un certain nombre de médecins, qu’ils soient Alsaciens ou non, non seulement pour des impératifs militaires (avec l’extension de la conscription à plusieurs classes d’âges), pour des mesures rééducatives des Alsaciens (formation outre-Rhin), mais surtout pour permettre d’assurer des soins de qualité aux populations civiles du Reich. En effet, le 12 avril 1944, la Gauleitung adresse à tous les Staatliche Gesundheitsämter d’Alsace une requête en ce sens. Le courrier précise :

« Avec le manque considérable de personnel médical, les difficultés liées à la mise à disposition de médecins suffisamment formés sur le plan clinique sont toujours plus grandes. Il n’est plus possible de continuer à envoyer des jeunes médecins au service médical obligatoire pour exercer la médecine seuls, alors qu’ils ont à peine reçu leur Approbation et qu’ils ne sont pas aptes, en termes d’expérience, à exercer seuls ni à assumer des responsabilités si rapidement après l’obtention de l’examen médical d’État […]. Le Reichsgesundheitsführer a ainsi ordonné que l’on commence immédiatement à transférer les médecins assistants qui ont déjà travaillé pendant une plus grande période en milieu hospitalier et en cliniques. Une exception pourra être accordée uniquement pour les médecins assistants qui ont été promus au rang de chef de clinique (Oberarzt) ou qui sont pressentis en raison de compétences particulières à présenter une habilitation, à occuper un poste de médecin-chef (Chefarzt) ou une tout autre position supérieure »[30].

L’administrateur en chef de la Reichsuniversität Straβburg, Richard Scherberger, ayant été destinataire de ce courrier, est chargé de sa mise en application pour les médecins de la faculté de médecine. Il sollicite alors tous les directeurs de cliniques et d’instituts de l’université afin qu’ils établissent une liste de leurs assistants et qu’ils signalent les noms de ceux qui y travaillent depuis un an, depuis deux ans et depuis trois ans ou plus. Ayant récupéré toutes les réponses des directeurs, le Kurator Scherberger rend son rapport à la Gauleitung le 29 juillet 1944, fournissant une liste comprenant tout de même cinquante-sept noms de médecins dont la faculté de médecine pourrait, en principe, se séparer s’il fallait appliquer strictement les mesures officielles. Réparti par cliniques voire services, le rapport contient bien le nom du Dr. Annemarie Buresch qui possède une expérience clinique supérieure à trois ans, tout comme son confrère alsacien Auguste Lieber . Les tractations se poursuivent entre l’université, les directeurs de cliniques et les autorités de la Gauleitung pour savoir quels médecins pouvaient effectivement être soustraits à la clinique : un mois plus tard, le Kurator indique avoir à nouveau redemandé aux directeurs « les noms des femmes médecins de leurs établissements qui pouvaient être remplacées par des femmes médecins plus jeunes », de même que les hommes dont un « échange pouvait être envisagé avec des médecins plus âgés qui se trouvent alors sur le front ». La réticence des directeurs de cliniques et d’instituts se traduit par une absence de réponse à la question posée, mais uniquement par l’envoi d’une liste de celles et ceux dont l’envoi en Allemagne était impossible, soit parce qu’ils avaient quitté l’hôpital, soit parce qu’ils étaient malades voire en congé. C’est d’ailleurs cette dernière raison qui est invoquée dans le cas du Dr. Buresch, puisqu’elle bénéficie alors d’un congé de maladie[26].

Une éventuelle « participation » aux projets d’Otto Bickenbach en 1945 ?

Selon un rapport de police établi lors de l’enquête préliminaire sur les agissements des professeurs Hirt, Bickenbach et Haagen et les « crimes de guerre » dont on les accusait alors, il semble que le Dr. Annemarie Buresch « logeait chez lui, 13 rue Lamey » à Strasbourg, c’est-à-dire qu’elle vivait avec la famille Bickenbach (la femme du professeur étant la sœur d’Annemarie)[31]. Mais avec l’arrivée des Alliés aux portes de l’Alsace, le professeur Bickenbach commence à évacuer « sa » section de biologie de l’institut de recherche médicale de la faculté de médecine de la Reichsuniversität Straβburg[32]. Alors que les troupes alliées entrent dans Strasbourg le 22 novembre 1944, le professeur Bickenbach se trouve encore au Fort Fransecky (fort Ney)[33]. Comme son beau-frère, Annemarie Buresch parvient à prendre la fuite et à quitter l’Alsace avant que les Alliés ne les capturent. Comme pour Otto Bickenbach, l’itinéraire et le déroulé de la fuite d’Annemarie Buresch entre fin novembre 1944 et début 1945 restent à ce jour inconnus, mais il est probable que le sort d’Annemarie soit singulièrement associé à celui de Bickenbach[34].

En effet, selon l’annuaire de la Reichsuniversität Straβburg (repliée outre-Rhin) établi le 26 mars 1945 par le nouveau recteur de l’université, Schrade, indique que le Dr. Buresch s’est installée avec Bickenbach dans le bâtiment de la Versorgungsanstalt de Bad Mergentheim au sud de Wurtzbourg[35]. Elle poursuit donc sa carrière dans un contexte inédit à une époque où la Reichsuniversität Straβburg continue d’exister tout en étant amputée de son cœur névralgique alsacien. De plus, sa présence aux côtés du professeur Bickenbach dans les dernières semaines de la guerre soulève des questionnements quant à son hypothétique participation ou son éventuel soutien dans l’élaboration, la genèse, la préparation voire la mise en exécution de séries d’expérimentations prévues sur l’homme. Dans l’état actuel des recherches, cela ne reste qu’une supposition, certes grave, mais qu’il convient d’évoquer, quand bien même il n’est pas possible d’affirmer que ces expériences ont effectivement eu lieu. En revanche, diverses sources laissées notamment par Bickenbach permettent de reconstituer certains projets du professeur au début de l’année 1945. En effet, Bickenbach commence par prendre contact avec Richard Kuhn, le directeur du Kaiser-Wilhelm-Institut für medizinische Forschung d’Heidelberg, afin de trouver de nouveaux locaux pour travailler. Il s’était affairé pour évacuer la section de biologie de l’institut de recherche au Fort Fransecky outre-Rhin et Richard Kuhn n’avait pas hésité à lui apporter son soutien dans cette entreprise[36].

Dans une lettre conjointe, Bickenbach et Kuhn adressent une lettre aux autorités médicales locales de la région de l’Allemagne du sud-ouest (Direktor des Hauptversorgungsamtes Südwestdeutschland) le 8 février 1945 :

« […] Les soussignés Prof. Dr. Richard Kuhn, directeur du Kaiser-Wilhelm-Institut für medizinische Forschung d’Heidelberg, et Prof. Dr. Otto Bickenbach, directeur de la policlinique médicale de Strasbourg […] doivent réaliser des travaux de la plus haute importance […]. Ces travaux nécessitent d’une part des examens cliniques auprès de patients hospitalisés et d’autre par des examens médicaux et chimiques en laboratoire. Dans ce but, nous demandons de bien vouloir nous accorder, au sein de la Versorgungskuranstalt de Bad Mergentheim, à la fois la mise à disposition de douze lits dans une partie, si possible fermée, ainsi que l’accès au laboratoire »[37].

Le même jour, ils adressent une lettre au médecin responsable du district militaire XIII (Wehrkreisarzt XIII), en demandant de leur accorder « la mise à disposition des malades nécessaires et de laboratoires » pour la réalisation de leur projet commun, en accord avec Dr. Bein, médecin militaire (Oberstabsarzt) et Chefarzt du Reserve-Lazarett de Bad Mergentheim[38]. En plus de locaux au sein du Kurversorgungsanstalt de Bad Mergentheim, ils demandaient également qu’un service de maladies infectieuses soit installé dans le Teillazarett « Haus Olga »[38]. Si Bickenbach et Kuhn ne mentionnent pas précisément la nature de leur projet de recherches, l’historien Florian Schmaltz estime qu’il ne s’agit probablement pas de la poursuite d’expériences sur le phosgène que Bickenbach avait menées en Alsace quelques mois auparavant, puisque l’indice révélé d’un risque de contagion plaide en faveur d’autres expérimentation. À ce jour, on ignore la maladie infectieuse que Bickenbach souhaitait étudier, mais la requête faite aux autorités de disposer de locaux fermés, à l’écart, semble tout de même indiquer la volonté de réaliser des expérimentations secrètes sur l’homme[39].

Il semble ne faire aucun doute que Dr. Annemarie Buresch se soit retrouvée mêlée, d’une manière ou d’une autre, aux projets du professeur Bickenbach au début de l’année 1945[35]. D’ailleurs au même moment, en mars 1945, le nom d’Annemarie apparaît à l’occasion de l’enquête préliminaire réalisée par la police judiciaire strasbourgeoise (donc avant que l’affaire soit traitée par la justice militaire) sur les crimes de guerre commis par les professeurs Hirt, Bickenbach et Haagen pendant la guerre à la Reichsuniversität Straβburg. En effet, le rapport du commissaire de police judiciaire Chavonnet, rédigé le 16 mars 1945 après avoir entendu les trois premiers témoins, précise « que le professeur Bickenbach logeait chez lui, 13, rue Lamey, sa belle-sœur, Buresch Anne-Marie, née le 20 juin 1898 (sans autres indications d’état civil), laquelle avait le titre de docteur[e] en médecine et était assistante à l’hôpital civil de Strasbourg. Buresch Anne-Marie avait exercé avant-guerre à Mannheim »[40]. Malgré cette mention au dossier de la police judiciaire, Annemarie Buresch n’a jamais été inquiétée dans l’affaire intentée aux professeurs Otto Bickenbach et Eugen Haagen après la guerre par la justice militaire française[41].

L’après-guerre : la reprise d’une activité médicale à Mannheim

Au sortir de la guerre, alors qu’elle possède près de vingt ans d’expérience en médecine, le Dr. Annemarie Buresch s’installe à Mannheim, la ville où elle a commencé à exercer la médecine et où elle a obtenu son Approbation en 1926. Quittant visiblement le milieu hospitalier et clinique, elle ouvre un cabinet médical, comme en témoignent plusieurs annuaires de la ville de Mannheim. Établie au Rathenaustraße 9 dans le quartier est de la ville au moins avant 1955, elle propose des consultations tous les jours de la semaine, de 16 heures à 18 heures, hormis les mercredis et les samedis. Elle est alors reconnue comme Fachärztin für Innere Krankheiten, un statut qui évoque sa spécialisation d’interniste[42].

De même, dans l’annuaire de l’année 1963, si les horaires de consultations sont les mêmes, on constate que le cabinet du Dr. Buresch était désormais installé dans la Bismarkstraße, au cœur du centre-ville[43]. On remarquera qu’Annemarie Buresch vit à quelques centaines de mètres de distance de son ancienne consœur de la clinique médicale de la Reichsuniversität Straβburg, le Dr. Margarete Strang, qui est domiciliée à la même époque au Friedrichsplatz 10 (1955), puis au Stresemannstraße 13 (1963)[44].

Enfin, entre les années 1950 et 1960, le Dr. Annemarie Buresch compte également parmi les plus de 2000 membres ordinaires de la Deutsche Gesellschaft für innere Medizin, la Société allemande de médecine interne[45]. Les comptes-rendus des travaux présentés à l’occasion des congrès annuels laissent aussi entendre qu’Annemarie Buresch était mariée, une information que nous n’avons, jusque-là, pas pu vérifier ni dater précisément[46].


Publications d’Annemarie Buresch

Annemarie Buresch, « Pseudoarthrose und Muskel », Archiv für klinische Chirurgie, n°143, cahier 3/4, 1926, p. 739-762.

Annemarie Buresch, Pseudoarthrose und Muskel, thèse de doctorat, Unviversité de Fribourg-en-Brisgau, 18 juin 1929.

Annemarie Buresch, « Asbestlunge als Berufskrankheit und das Reichsversicherungsgesetz », Deutsche medizinische Wochenschrift, n°26 et 29, 1931, p. 1247-1249.

Annemarie Buresch, « Pneumokoniose, Berufskrankheit und Entschädigungspflicht », Deutsche medizinische Wochenschrift, n°. 26, 1931, p. 1100-1102.

Dietrich Jahn, Annemarie Buresch, Irmgard Kirchbach, « Energiestoffwechsel und Säurebasenregulation », Deutsches Archiv für klinische Medizin, vol. 169-170, 4e cahier, 18 avril 1931, p. 387.

Annemarie Buresch, « Zur Insulin-Traubenzuckertherapie der subakuten Leberatrophie », Klinische Wochenschrift, tome XI, n°34, 20 août 1932.

Annemarie Buresch, « Die Behandlung schwerer Anämie bei Magenblutungen mit großen Eisendosen », Deutsche medizinische Wochenschrift, n°23, 1933, p. 882-885.

Annemarie Buresch, « Über die Behandlung der Hyperthyreosen mit Dijodtyrosin », Münchener medizinische Wochenschrift, n°81, 1934, p. 320-323.

Annemarie Buresch, « Stoffwechseluntersuchungen bei Morbus Addison. 1 Mitteilung: über die Störungen des Kohlehydratstoffwechsels », Zeitschrift für klinische Medizin, n°118, cahier 3/4, 1932, p. 206-220.


Sources

Sources archivistiques

Archives de la faculté de médecine de Strasbourg, Cave 2, dossier personnel de René Piffert.

ADBR, 126 AL 114, dossier n°10, Listes du personnel médical de la Reichsuniversität Straβburg (1940-1941)

ADBR, 126 AL 37, dossier n°4, Listes du personnel médical de la Reichsuniversität Straβburg (1941-1943)

ADBR, 126 AL 37, dossier n°1.

ADBR, 1095 W 1/2, dossier n°65, Enquête de police judiciaire sur le camp de concentration de Natzweiler.

AVES, 7 AH 14, Listes du personnel médical de la Reichsuniversität Straβburg (1940)

AVES, 7 AH 15, Listes du personnel médical de la Reichsuniversität Straβburg (1941-1944)

BArch, BDC Research Wi, A-0494, August Hirt, Rapport du professeur Hirt sur les événements de Strasbourg des 22 et 23 novembre 1944, 19 décembre 1944, fol. 5.

BArch B, R76-IV/27, Annuaire du personnel de la Reichsuniversität Straβburg repliée à Tübingen, 26 mars 1945.

DCAJMB, Affaire « Struthof Médical », Dossier n°1, Rapport d’enquête préliminaire du commissaire de police judiciaire Chavonnet à monsieur le commissaire principal, chef de la 16e brigade régionale de police judiciaire, sur les crimes de guerre ennemis dans l’affaire concernant le professeur allemand Bickenbach Otto, ex-directeur de l’institut de recherches (section biologie) à l’hôpital de Strasbourg, 16 mars 1945.

MPG-Archiv, Abt. I, Rep. 29, Nr. 241, Lettre de Kuhn et Bickenbach au directeur du Hauptversorgungsamts Südwestdeutschland, 8 février 1945.

MPG-Archiv, Abt. I, Rep. 29, Nr. 380, Lettre de Kuhn et Bickenbach au Wehrkreisarzt XIII (Nürnberg), 8 février 1945.

NO-1852, Fall-I, ADB 19 Addendum A, fol. 53, Septième rapport du Bickenbach à Karl Brandt intitulé « Die schützende Wirkung einer Inhalation von Hexamethylentetramin-Aerosol auf die Phosgenvergiftung », non daté.


Autres sources (sources imprimées)

Acta Societatis medicorum Fennicae Duodecim. Series A, vol. 13-14, 1930, p. 128.

Hans Dornedden, Ärzteverzeichnis 1933. Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, Teil II, Nachtrag 3, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 54e année, juin 1933, p. 130

Endokrinologie, vol. 14-15, 1934, p. 270.

Fortschritte auf dem Gebiete der Röntgenstrahlen, Ergänzungsband, vol. 54, 1938, p. 10 et 31.

Jahresbericht Physiologie und experimentelle Pharmakologie, vol. 12, 1933, p. 234 et 241.

Jahresbericht über die gesamte Chirurgie und ihre Grenzgebiete, vol. 32, 1928, p. 72.

Julius Hadrich, Hans Dornedden, Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, Teil II, Ärztliches Handbuch und Ärzteverzeichnis, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 56e année, 1935, p. 401.

Fr. Kauffmann (dir.), Verhandlungen der Deutschen Gesellschaft für innere Medizin. Zweiundsechzigster Kongress gehalten zu Wiesbaden vom 9. April-12. April 1956, Berlin, Heidelberg, Springer Verlag GmbH, 1956, p. XXIII.

Fr. Kauffmann (dir.), Verhandlungen der Deutschen Gesellschaft für innere Medizin. Dreiundsechzigster Kongress gehalten zu Wiesbaden vom 29. April-2. Mai 1957, Munich, Verlag von J. F. Bergmann, 1957, p. XXIV.

Voir Bernhard Schlegel (dir.), Verhandlungen der Deutschen Gesellschaft für innere Medizin. Siebzigster Kongress gehalten zu Wiesbaden vom 6. April-9. April 1964, Berlin, Heidelberg, Springer Verlag GmbH, 1964, p. XXXIV.

Kongresszentralblatt für die gesamte Hygiene mit Einschluss der Bakteriologie und Immunitätslehre, vol. 26, 1931, p. 381.

Kongresszentralblatt für die gesamte innere Medizin mit Einschluss der Kinderheilkunde, vol. 71-72, 1933, p. 130.

Hermann Lautsch, Hans Dornedden, Verzeichnis der deutschen Ärzte und Heilanstalten. Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, Teil II, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 56e année, 1937, p. 551.

Mannheimer Adressbuch 1955, Südwestdeutsche Verlagsanstalt, 1955, p. 85 et 13.

Adressbuch Mannheim 1963, Südwestdeutsche Verlagsanstalt, 1963, Teil IV, p. 6 et 8. Voir la version numérisée disponible sur http://wiki-de.genealogy.net/w/index.php?title=Datei:Mannheim-AB-1963.djvu&page=1134&page=1134, [en ligne], consulté le 22 avril 2021.

Neue Deutsche Chirurgie, vol. 62, 1940, p. 334.

Reichs- und Preussischen Arbeitsministerium, Reichsarbeitsblatt, Teil III, Berlin, Verlagsanstalt Otto Stollberg, 1937, p. 10.

Revue de pathologie comparée et de médecine expérimentale, vol. 33, 1933, p. 609.

Squibb Abstract Bulletin, vol. 6, n°32, 1933, p. 892.

Julius Schwalbe, Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, 1928, Teil II, Ärztliches Handbuch und Ärzteverzeichnis, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 49e année, 1927, p. 431.

Julius Schwalbe, Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, 1929, Teil II, Ärztliches Handbuch und Ärzteverzeichnis, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 50e année, 1929, p. 441.

Julius Schwalbe, Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, 1931, Teil II, Ärztliches Handbuch und Ärzteverzeichnis, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 52e année, 1931, p. 385.

Julius Schwalbe, Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, 1931, Teil II, Ärztliches Handbuch und Ärzteverzeichnis, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 54e année, 1933, p. 406.

United States Army, Army Medical Library, Index-Catalogue of the Library of the Surgeon General’s Office, Authors and Subjects, fourth Series, vol. 8, Washington, United States Government Printing Office, 1943, p. 683.

US-Treasury Department, Public Health Service, Epidemiological Study of an epidemic, diagnosed as poliomyelitis, occurring among the personnel of the Los Angeles County General Hospital during the Summer of 1934. Public Health Bulletin, n°240, 1938, p. 119.

Zentralblatt für Chirurgie, vol. 54, 1927, p. 1658.

Zentralblatt für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, vol. 72, 1934, p. 426.

Zentralblatt für die gesamte Tuberkuloseforschung, vol. 36, 1932, p. 159.

Zentralblatt für Gynäkologie, n°47, 1934, p. 2830.


Bibliographie

« Annemarie Buresch, ID-AEIK01477 », Dokumentation „Ärztinnen im Kaiserreich“, Institut für Geschichte der Medizin und Ethik in der Medizin, Charité, Universitätsmedizin Berlin, disponible via http://geschichte.charité.de/aeik/, [en ligne], consulté le 27 avril 2021.

Christian Bonah, Florian Schmaltz, « Eugen Haagen and his court hearings from the Nuremberg Medical Trial (1946-47) to the Struthof Medical Trials (1952-54) », in Paul Weindling (éd.), From Clinic to Concentration Camp. Reassessing Nazi Medical and Racial Research, 1933-1945, Londres, New-York, Routledge, 2017 (coll. « The History of Medicine in Context », Andrew Cunningham, Ole Peter Grell (éds.)), p. 290-315.

Rainer Möhler, Die Reichsuniversität Straβburg, 1940-1944. Eine nationalsozialistiche Musteruniversität zwischen Wissenschaft, Volkstumspolitik und Verbrechen, thèse d’habilitation, Sarrebruck, Université de la Sarre, 2019.

Florian Schmaltz, Kampfstoff-Forschung im Nationalsozialismus. Zur Kooperation von Kaiser-Wilhelm-Instituten, Militär und Industrie, Göttingen, Wallstein, 2017 [2005].

Florian Schmaltz « Otto Bickenbach’s human experiments with chemical warfare agents and the Concentration camp Natzweiler » dans Wolfgang Uwe Eckart (dir.), Man, Medicine and the State. The Human Body as an Object of Government Sponsored Medical Research in the 20th Century, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2006.

Patrick Wechsler, La Faculté de médicine de la « Reichsuniversität Straβburg » (1941-1945) à l'heure nationale-socialiste, thèse de doctorat de médecine, Strasbourg, Université Louis Pasteur, 1991.


Landmarks

Locations

Nationalities

  • German

Confessions

  • Protestant

Publications

Relationships

Famille de

Links to institutions

1Medizinische Poliklinik, RUS
Assistenzarzt, 1 April 1941 - November 1944
2Innere Abteilung, Kh-Mannheim
Volontärassistent, 1926 - 1929
Assistenzarzt, 1929 - 1933
Oberarzt, 1933 - 1937
1898-06-20T00:00:00Z
Private life
Birth
1926-01-01T00:00:00Z
Private life
Licence to practise medicine
1941-04-01T00:00:00Z
1944-11-01T00:00:00Z
Carreer
1926-01-01T00:00:00Z
1929-01-01T00:00:00Z
Carreer
Innere Abteilung, Kh-Mannheim, Volontärassistent,
1929-01-01T00:00:00Z
1933-01-01T00:00:00Z
Carreer
1933-01-01T00:00:00Z
1937-01-01T00:00:00Z
Carreer
{"selectable":false,"min":"1893-01-01T00:00:00Z"}

References



  1. ADBR, 1095 W 1/2, dossier n°65, Notice individuelle d’Otto Bickenbach, 10 juin 1947.
  2. Cette date est notamment confirmée dans le Verzeichnis der deutschen Ärzte und Heilanstalten. Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, Teil II, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 58e année, 1937, p. 551. Disponible sur ZB MED – Informationszentrum Lebenswissenschaft. En effet, à côté de son nom et de son prénom figure le nombre « 26 » ce qui, comme le précise la table des abréviations à la page 102, correspond à l’année d’obtention de l’Approbation (Approbationsjahr).
  3. Annemarie Buresch, « Pseudarthrose und Muskel », Archiv für klinische Chirurgie, n°143, cahier 3/4, 1926, p. 739-762.
  4. Voir à ce sujet : http://d-nb.info/570041333, [en ligne], consulté le 27 avril 2021. Il est ici précisé que 1926 correspond à l’année de publication (Erscheinungsjahr) et que la même référence correspond à une thèse universitaire (Hochschulschrift) présenté ainsi « Freiburg i. Br., Med. Diss., 1929 ».
  5. Plusieurs références présente Annemarie Buresch comme étant issue de la Chirurgische Klinik der medizinischen Akademie Düsseldorf comme le Jahresbericht über die gesamte Chirurgie und ihre Grenzgebiete, vol. 32, 1928, p. 72 ou le Zentralblatt für Chirurgie, vol. 54, 1927, p. 1658.
  6. Zentralblatt der Bauverwaltung mit Nachrichten der Reichs- und Staatsbehörden, Berlin, Preußisches Finanzministerium, n°57, 42e année, 15 juillet 1922, p. 336. Disponible via https://web.archive.org/web/20150627153100/http://europeanalocal.de/eld/fedora/zbbv/ZBBauverw_1922_057.pdf, [en ligne], consulté le 28 avril 2021.
  7. Voir Julius Schwalbe, Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, 1928, Teil II, , Ärztliches Handbuch und Ärzteverzeichnis, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 49e année, 1927, p. 431.
  8. Voir Julius Schwalbe, Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, 1929, Teil II, , Ärztliches Handbuch und Ärzteverzeichnis, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 50e année, 1929, p. 441 et Julius Schwalbe, Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, 1931, Teil II, Ärztliches Handbuch und Ärzteverzeichnis, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 52e année, 1931, p. 385.
  9. Julius Schwalbe, Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, 1931, Teil II, Ärztliches Handbuch und Ärzteverzeichnis, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 54e année, 1933, p. 406.
  10. 10,0 et 10,1 Voir « Annemarie Buresch, ID-AEIK01477 », Dokumentation „Ärztinnen im Kaiserreich“, Institut für Geschichte der Medizin und Ethik in der Medizin, Charité, Universitätsmedizin Berlin, disponible via http://geschichte.charité.de/aeik/, [en ligne], consulté le 27 avril 2021.
  11. Voir en particulier Hans Dornedden, Ärzteverzeichnis 1933. Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, Teil II, Nachtrag 3, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 54e année, juin 1933, p. 130 ; Julius Hadrich, Hans Dornedden, Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, Teil II, Ärztliches Handbuch und Ärzteverzeichnis, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 56e année, 1935, p. 401 et Hermann Lautsch, Hans Dornedden, Verzeichnis der deutschen Ärzte und Heilanstalten. Reichs-Medizinal-Kalender für Deutschland, Teil II, Leipzig, Georg Thieme Verlag, 56e année, 1937, p. 551.
  12. Annemarie Buresch, « Pseudoarthrose und Muskel », Archiv für klinische Chirurgie, n°143, cahier 3/4, 1926, p. 739-762. Voir également Annemarie Buresch, Pseudoarthrose und Muskel, thèse de doctorat, Unviversité de Fribourg-en-Brisgau, 1929. On renvoie aussi aux revues suivantes Acta Societatis medicorum Fennicae Duodecim. Series A, vol. 13-14, 1930, p. 128 ; Jahresbericht über die gesamte Chirurgie und ihre Grenzgebiete, vol. 32, 1928, p. 72 ; Zentralblatt für Chirurgie, vol. 54, 1927, p. 1658 et Neue Deutsche Chirurgie, vol. 62, 1940, p. 334.
  13. Pour information, l’ensemble des pathologies de la pneumoconiose regroupe par exemple des maladies pulmonaires pouvant être causées par l’exposition à la silice (silicose), au béryllium (bérylliose), au charbon (anthracose) ou encore aux poussières d’aluminium (aluminose) ou de fer (sidérose), etc.
  14. Annemarie Buresch, « Pneumokoniose, Berufskrankheit und Entschädigungspflicht », Deutsche medizinische Wochenschrift, n°. 26, 1931, p. 1100-1102, . Elle évoque en effet l’ordonnance du 11 février 1929 qui étend l’assurance accident (Unfallversicherung) aux maladies professionnelles et qui, en particulier classe les formes graves de pneumoconioses au rang des maladies [professionnelles] ouvrant droit à des indemnisations.
  15. Annemarie Buresch, « Pneumokoniose, Berufskrankheit und Entschädigungspflicht », Deutsche medizinische Wochenschrift, n°. 26, 1931, p. 1100-1102, . Le patient s’était présenté à l’hôpital en raison d’une dyspnée invalidante, d’une insuffisance cardiaque accompagnées de toux et examens cliniques et radiologiques réalisés ont mis en évidence les traits caractéristiques de l’asbestose – décrits en détail par Annemarie dans son étude. On signalera que le patient décède d’une insuffisance ventriculaire droite au cours de sa prise en charge clinique ; l’autopsie pratiquée après sa mort a également permis d’identifier une fibrose pulmonaire, une hypertrophie marquée et une dilatation du ventricule droit, ainsi qu’une petite hypertrophie du ventricule gauche. Voir aussi US-Treasury Department, Public Health Service, Epidemiological Study of an epidemic, diagnosed as poliomyelitis, occurring among the personnel of the Los Angeles County General Hospital during the Summer of 1934. Public Health Bulletin, n°240, 1938, p. 119.
  16. Reichs- und Preussischen Arbeitsministerium, Reichsarbeitsblatt, Teil III, Berlin, Verlagsanstalt Otto Stollberg, 1937, p. 10.
  17. Annemarie Buresch, « Asbestlunge als Berufskrankheit und das Reichsversicherungsgesetz », Deutsche medizinische Wochenschrift, n°26 et 29, 1931, p. 1247-1249, . Voir aussi Zentralblatt für die gesamte Tuberkuloseforschung, vol. 36, 1932, p. 159.
  18. Annemarie Buresch, « Asbestlunge als Berufskrankheit und das Reichsversicherungsgesetz », Deutsche medizinische Wochenschrift, n°26 et 29, 1931, p. 1247-1249, . Précisons que l’étude d’Annemarie Buresch, qui cite les textes législatifs et s’interroge sur leur application à son défunt patient, sert également base aux travaux d’autres scientifiques, ainsi que le suggère une revue spécialisée : voir Fortschritte auf dem Gebiete der Röntgenstrahlen, Ergänzungsband, vol. 54, 1938, p. 10 et 31.
  19. Dietrich Jahn, Annemarie Buresch, Irmgard Kirchbach, « Energiestoffwechsel und Säurebasenregulation », Deutsches Archiv für klinische Medizin, vol. 169-170, 4e cahier, 18 avril 1931, p. 387.
  20. Annemarie Buresch, « Stoffwechseluntersuchungen bei Morbus Addison. 1 Mitteilung: über die Störungen des Kohlehydratstoffwechsels », Zeitschrift für klinische Medizin, n°118, cahier 3/4, 1932, p. 206-220. Voir également Jahresbericht Physiologie und experimentelle Pharmakologie, vol. 12, 1933, p. 234 et 24 et Zentralblatt für Neurologie, vol. 62, 1932, p. 848.
  21. Annemarie Buresch, « Zur Insulin-Traubenzuckertherapie der subakuten Leberatrophie », Klinische Wochenschrift, tome XI, n°34, 20 août 1932. Voir également Revue de pathologie comparée et de médecine expérimentale, vol. 33, 1933, p. 609.
  22. Annemarie Buresch, « Die Behandlung schwerer Anämie bei Magenblutungen mit großen Eisendosen », Deutsche medizinische Wochenschrift, n°23, 1933, p. 882-885. Voir également Squibb Abstract Bulletin, vol. 6, n°32, 1933, p. 892 et Kongresszentralblatt für die gesamte innere Medizin mit Einschluss der Kinderheilkunde, vol. 71-72, 1933, p. 130.
  23. Annemarie Buresch, « Über die Behandlung der Hyperthyreosen mit Dijodtyrosin », Münchener medizinische Wochenschrift, n°81, 1934, p. 320-323. Voir également Zentralblatt für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, vol. 72, 1934, p. 426 ; Zentralblatt für Gynäkologie, n°47, 1934, p. 2830 et Endokrinologie, vol. 14-15, 1934, p. 270.
  24. AVES, 7 AH 15, Listes du personnel médical de la Reichsuniversität Straβburg, , avril-novembre 1944.
  25. AVES, 7 AH 15, Listes du personnel médical de la Reichsuniversität Straβburg, , septembre-novembre 1944.
  26. 26,0 et 26,1 ADBR, 126 AL 37, dossier n°1, Lettre du Kurator de la Reichsuniversität Straβburg à la Gauleitung (Verwaltungs- und Polizeiabteilung), 25 septembre 1944.
  27. Voir ADBR, 126 AL 37, dossier n°4 et AVES, 7 AH 15, Listes du personnel médical de la Reichsuniversität Straβburg (1942-1944). Paul Schneider avait intégré l’équipe de l’Abteilung III de la clinique médicale de la Reichsuniversität Straβburg en juin 1942. Il y a servi en qualité d’auxiliaire scientifique (wissenschaftliche Hilfskraft) entre le mois de juin et de décembre 1942, avant d’être nommé Pflichtassistent au début de l’année 1943. Au 1er août, il est mobilisé dans l’armée et envoyé au front.
  28. Archives de la faculté de médecine de Strasbourg, Cave 2, dossier personnel de René Piffert, Lettre du Dr. René Piffert sur ses activités sous l’Occupation, 18 janvier 1945. Le Dr. Piffert indique qu’il a été « désigné en août 1944 avec les Drs. Wiederstroem, Crusem, connus pour leur loyalisme, pour travaux de tranchées dans les Vosges où j’ai dû rester jusque fin octobre ». On renvoie également à la fiche biographique du Dr. René Piffert sur ce Wikipédia.
  29. Voir à ce sujet les listes du personnel médical de la Reichsuniversität Straβburg (1940-1944) dans ADBR, 126 AL 114, dossier n°10 et 126 AL 37, dossier n°4 et AVES, 7 AH 14 et 7 AH 15.
  30. ADBR, 126 AL 37, dossier n°1, Lettre de la Gauleitung (Verwaltungs- und Polizeiabteilung) aux Staatliche Gesundheitsämter en Alsace, 12 avril 1944 : « Bei dem erheblichen er Ärztemängel werden die Schwierigkeiten, klinisch genügend ausgebildete Ärzte zur Verfügung zu stellen, immer grösser. Es ist nicht möglich, weiterhin frisch approbierte Jungärzte, die erfahrungsgemäß sich nicht für die freie Praxis, wie überhaupt für verantwortliche Aufgaben, eignen, gleich nach dem Examen in die freie Praxis Notdienst zu verpflichten. [...] Der Reichsgesundheitsführer hat daher angeordnet, sofort mit der Überführung derjenigen Assistenten, die schon längere Zeit in Krankenhäusern und Kliniken sind, zu beginnen. Eine Ausnahme kann nur für solche Assistenten anerkannt werden, die zu Oberärzten aufgerückt sind, oder wegen besonderer Befähigung zur Habilitation, für Chefarztstellen oder sonstige Spitzenstellen vorgesehen sind ».
  31. DCJMB, Affaire « Struthof Médical », Dossier n°1, Rapport d’enquête préliminaire du commissaire de police judiciaire Chavonnet à monsieur le commissaire principal, chef de la 16e brigade régionale de police judiciaire, sur les crimes de guerre ennemis dans l’affaire concernant le professeur allemand Bickenbach Otto, ex-directeur de l’institut de recherches (section biologie) à l’hôpital de Strasbourg, 16 mars 1945.
  32. Sur les activités du professeur Otto Bickenbach et ses expérimentations faites sur l’homme au camp de concentration de Natzweiler et au fort Fransecky, voir Florian Schmaltz, « Otto Bickenbach et la recherche biomédicale sur les gaz de combat à la Reichsuniversität Straβburg et au camp de concentration du Struthof-Natzweiler », in Christian Bonah, Anne Danion-Grilliat, Josiane Olff-Nathan, Norbert Schappacher (dir.), Nazisme, science et médecine, Paris, Glyphe, 2006, p. 141-165.
  33. Voir BArch, BDC Research Wi, A-0494, August Hirt, Rapport du professeur Hirt sur les événements de Strasbourg des 22 et 23 novembre 1944, 19 décembre 1944, fol. 5, cité dans Florian Schmaltz, « Otto Bickenbach et la recherche biomédicale sur les gaz de combat à la Reichsuniversität Straβburg et au camp de concentration du Struthof-Natzweiler », in Christian Bonah, Anne Danion-Grilliat, Josiane Olff-Nathan, Norbert Schappacher (dir.), Nazisme, science et médecine, Paris, Glyphe, 2006, p. 163.
  34. Florian Schmaltz, Kampfstoff-Forschung im Nationalsozialismus. Zur Kooperation von Kaiser-Wilhelm-Instituten, Militär und Industrie, Göttingen, Wallstein, 2017 [2005], p. 554.
  35. 35,0 et 35,1 BArch B, R76-IV/27, Annuaire du personnel de la Reichsuniversität Straβburg repliée à Tübingen, 26 mars 1945.
  36. NO-1852, Fall-I, ADB 19 Addendum A, fol. 53, Septième rapport du Bickenbach à Karl Brandt intitulé « Die schützende Wirkung einer Inhalation von Hexamethylentetramin-Aerosol auf die Phosgenvergiftung », non daté. Cité dans Florian Schmaltz « Otto Bickenbach’s human experiments with chemical warfare agents and the Concentration camp Natzweiler » dans Wolfgang Uwe Eckart (dir.), Man, Medicine and the State. The Human Body as an Object of Government Sponsored Medical Research in the 20th Century, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2006, p. 152-153.
  37. MPG-Archiv, Abt. I, Rep. 29, Nr. 241, Lettre de Kuhn et Bickenbach au directeur du Hauptversorgungsamts Südwestdeutschland, 8 février 1945.
  38. 38,0 et 38,1 MPG-Archiv, Abt. I, Rep. 29, Nr. 380, Lettre de Kuhn et Bickenbach au Wehrkreisarzt XIII (Nürnberg), 8 février 1945.
  39. Florian Schmaltz, Kampfstoff-Forschung im Nationalsozialismus. Zur Kooperation von Kaiser-Wilhelm-Instituten, Militär und Industrie, Göttingen, Wallstein, 2017 [2005], p. 554-555, . Voir également Florian Schmaltz « Otto Bickenbach’s human experiments with chemical warfare agents and the Concentration camp Natzweiler » dans Wolfgang Uwe Eckart (dir.), Man, Medicine and the State. The Human Body as an Object of Government Sponsored Medical Research in the 20th Century, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2006, p. 152-153.
  40. DCAJMB, Affaire « Struthof Médical », Dossier n°1, Rapport d’enquête préliminaire du commissaire de police judiciaire Chavonnet à monsieur le commissaire principal, chef de la 16e brigade régionale de police judiciaire, sur les crimes de guerre ennemis dans l’affaire concernant le professeur allemand Bickenbach Otto, ex-directeur de l’institut de recherches (section biologie) à l’hôpital de Strasbourg, 16 mars 1945. Voir également ADBR, 1095 W 1/2, dossier n°65.
  41. Les deux professeurs ont été jugés en première instance à l’occasion du procès des « Médecins du Struthof » qui s’est tenu en première instance à Metz du 16 au 24 décembre 1952. Tous deux ont été condamnés aux travaux forcés à perpétuité puis, à la suite d’un pourvoi en cassation, l’audience qui se tient devant le tribunal militaire de Lyon du 11 au 14 mai 1954 condamné Bickenbach à une peine de vingt ans de travaux forcés. Voyant sa peine commuée en dix ans de travaux forcés en 1955, il finit par être libéré le 18 septembre de la même année. Voir Christian Bonah, Florian Schmaltz, « Eugen Haagen and his court hearings from the Nuremberg Medical Trial (1946-47) to the Struthof Medical Trials (1952-54) », in Paul Weindling (éd.), From Clinic to Concentration Camp. Reassessing Nazi Medical and Racial Research, 1933-1945, Londres, New-York, Routledge, 2017 (coll. « The History of Medicine in Context », Andrew Cunningham, Ole Peter Grell (éds.)), p. 290-315.
  42. Mannheimer Adressbuch 1955, Südwestdeutsche Verlagsanstalt, 1955, p. 85, 13 et 17.
  43. Adressbuch Mannheim 1963, Südwestdeutsche Verlagsanstalt, 1963, Teil IV, p. 6 et 8. Voir une version numérisée de l’annuaire de 1963 sur le site GenWiki via http://wiki-de.genealogy.net/w/index.php?title=Datei:Mannheim-AB-1963.djvu&page=1134&page=1134, [en ligne], consulté le 27 avril 2021.
  44. Voir la fiche du Dr. Margarete Strang dans ce Wiki.
  45. Voir Fr. Kauffmann (dir.), Verhandlungen der Deutschen Gesellschaft für innere Medizin. Zweiundsechzigster Kongress gehalten zu Wiesbaden vom 9. April-12. April 1956, Berlin, Heidelberg, Springer Verlag GmbH, 1956, p. XXIII. ; Fr. Kauffmann (dir.), Verhandlungen der Deutschen Gesellschaft für innere Medizin. Dreiundsechzigster Kongress gehalten zu Wiesbaden vom 29. April-2. Mai 1957, Munich, Verlag von J. F. Bergmann, 1957, p. XXIV ; Voir Bernhard Schlegel (dir.), Verhandlungen der Deutschen Gesellschaft für innere Medizin. Siebzigster Kongress gehalten zu Wiesbaden vom 6. April-9. April 1964, Berlin, Heidelberg, Springer Verlag GmbH, 1964, p. XXXIV.
  46. Dans la liste des membres de la Société allemande de médecine interne publiée au début de chaque compte-rendu de congrès, les titres de civilité sont à chaque fois clairement établis avec « Herr » (Monsieur), « Frau » (Madame, sous-entendu une femme mariée ou veuve) et « Fräulein » (Mademoiselle). Précisément, Annemarie est présentée comme « Frau Dr. med. Buresch Annemarie », ce qui laisse peu de doute quant à son statut marital.