Chronos chronos left.png
Rusmed logo color.png
Chronos chronos right.png

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Werner Lumpp

From Commission Historique


Werner Lumpp
First name Werner
Last name Lumpp
Gender masculin
Birth 8 April 1918 (Stuttgart)
Father's occupation Ingénieur (Dr. Ing.)

These Über den Eisenspiegel bei Lebererkrankungen unter besonderer Berücksichtigung der Differentialdiagnose der Hepatitis epidemica (Reichsuniversität Straβburg, 1945)
Thesis supervisor August Hirt, Hajo Wolbergs
Profession Arzt

Title Dr. med.


Werner Lumpp (1918-?) est un neurologue et pédopsychiatre allemand originaire et établi à Stuttgart dans le Bade-Wurtemberg. Après s’être engagé volontairement dans la Wehrmacht en 1937 à l’âge de dix-neuf ans, il a fait ses études de médecine à l’université de Tübingen (1940-1941) et à la Reichsuniversität Straßburg en Alsace annexée (1941-1945), où il a préparé sa thèse de doctorat de médecine sous la direction conjointe du Professeur August Hirt (1898-1945) et du Dozent Hajo Wolbergs (1910-1975). Après la guerre, il retourne à Stuttgart et s’établit comme neurologue et pédopsychiatre.

Biography

Enfance et scolarité

Werner Lumpp est né le 8 avril 1918 à Stuttgart dans le Wurtemberg. Fils d’un ingénieur titulaire d’un doctorat, le Dr. ing. H. Lumpp, et de son épouse Gertrud née Schiller, Werner grandit et effectue toute sa scolarité à Stuttgart. D’abord élève à l’école primaire (Grundschule), il entre ensuite dans le secondaire au Eberhadt-Ludwig-Gymnasium à la fin des années 1920 pour une courte période seulement. En effet, en 1931, il change d’établissement et poursuit sa scolarité au Karls-Gymnasium de Stuttgart jusqu’à l’obtention de son baccalauréat (Reifeprüfung) au début de l’année 1937.

Comme le prévoit la législation sous le régime de l’Allemagne nazie, Werner Lumpp est obligé, une fois diplômé du secondaire, d’effectuer son service du travail obligatoire au Reichsarbeitsdienst. Il sert pendant six mois, d’avril jusqu’à la fin du mois d’octobre 1937. Quelques jours plus tard, le 4 novembre 1937, il s’engage volontairement dans la Wehrmacht et se retrouve affecté au 119e régiment d’infanterie (IR 119) de Stuttgart (Wehrkreis V), une formation de l’armée de terre placée sous les ordres du colonel Friedrich Zickwolff[1].


Les études de médecine

Tandis qu’il sert dans l’armée de terre, Werner Lumpp souhaite entamer des études de médecine. Obtenant autorités militaires une permission en 1940, il parvient brièvement à quitter le service armé pour débuter sa formation et suivre un trimestre de cours à l’université de Tübingen dans le Wurtemberg. Ce n’est qu’en 1941 qu’il reçoit un détachement (Kommandierung), ce qui lui permet de poursuivre ses études en tant qu’étudiant-soldat. Il continue ainsi d’étudier à Tübingen, mais se rend par la suite à la Reichsuniversität Strassburg en Alsace annexée pour suivre les derniers semestres du cycle clinique et terminer son cursus universitaire.


La thèse de doctorat de médecine

Durant ses études à Strasbourg, Werner Lumpp décide de parachever sa formation académique en préparant une thèse de doctorat de médecine. Sous la codirection du Dozent Hajo Wolbergs du service de médecine interne et du Professeur August Hirt de l’institut d’anatomie de la Reichsuniversität Strassburg, Werner Lumpp publie une thèse intitulée : « Sur le taux de fer dans le cadre des maladies du foie, avec une attention particulier concernant le diagnostic différentiel de l’hépatite épidémique » (Über den Eisenspiegel bei Lebererkrankungen unter besonderer Berücksichtigung der Differentialdiagnose der Hepatitis epidemica).

Dans celle-ci, il mène des recherches sur le taux de fer chez des patients atteints de diverses maladies hépatiques et cherche à tester la fonction du métabolisme ferrique du foie en cas de surexposition au fer (Eisenbelastung). Pour cela, il s’appuie sur plusieurs cas cliniques et synthétise ses résultats dans plusieurs tableaux et graphiques. S’intéressant tout particulièrement au comportement du taux de fer dans le cadre d’une hépatite épidémique par rapport au taux de bilirubine dans le sérum sanguin, il montre qu’il n’y a pas de rapport particulier entre ces deux éléments, tout au moins en ce qui concerne leur quantité dans le sang. Par ailleurs, Werner Lumpp met en évidence qu’au début de toutes les maladies du parenchyme hépatique (Leberparenchymerkrankung), on constate une augmentation du taux de fer dans le sang. En effet, un taux particulièrement élevé est visible dans le cadre de l’hépatite épidémique au cours de la première quatorzaine suivant l’apparition de l’ictère, et Werner Lumpp en conclue que le taux ferrique constitue là aussi un élément utile pour permettre au médecin d’établir le diagnostic.

À la fin de sa thèse, dans le paragraphe réservé aux traditionnels remerciements, Werner Lumpp exprime sa reconnaissance pour le « soutien bienveillant » (wohlwollende Unterstützung) de Wolbergs. Il indique également qu’il a pu bénéficier du soutien du Oberfeldarzt Dr. Stützel qui lui a permis « d’obtenir l’autorisation de pouvoir travailler au Reserve-Lazarett de Strasbourg ». Il remercie enfin le laboratoire principal (Hauptlaboratorium) de la clinique médicale de la Reichsuniversität, où il a pu réaliser ses analyses.


Après-guerre

Après la guerre, une fois devenu médecin et docteur en médecine, Werner Lumpp retourne s’installer dans sa ville natale, à Stuttgart. Il s’y établit comme neurologue (Nervenarzt) et pédopsychiatre (Jugendpsychater), et jouit alors d’une relative notoriété[2].


Lebenslauf « brut »

Am 8.4.1918 wurde ich in Stuttgart als Sohn des Dr. Ing. H. Lumpp und seiner Ehefrau Gertrud geb[orene] Schiller geboren. Nach Beendigung der Grundschule besuchte ich das Eberhardt-Ludwig-Gymnasium, ab 1931 das Karlsgymnasium in Stuttgart, wo ich 1937 die Reifeprüfung ablegte. Im April 1937 trat ich in den Reichsarbeitsdienst ein und rückte nach meiner Entlassung Ende Oktober 1937 am 4.11.1937 als Freiwilliger bei I[nfanterie] R[egiment] 119 ein. 1940 wurde ich 1 Trimester beurlaubt und studierte in Tübingen. 1941 erfolgte meine Kommandierung zum Studium, dass ich in Tübingen und Straßburg fortsetzte.

Sources complémentaires :

- Landesarchiv Baden-Württemberg, Abteilung Hauptstaatsarchiv Stuttgart, J 191 Lumpp, Werner, Dr. med., 1-1229866, dossier personnel. Voir référence : https://www2.landesarchiv-bw.de/ofs21/olf/struktur.php?bestand=5563&sprungId=3056290&letztesLimit=suchen, consulté le 05/01/2021.

- Herbert Hoffmann, Heinz H. Poker, Chronik der Stadt Stuttgart, vol. 39, Stuttgart, Klett Cotta Verlag, 1988, p. 230.

Landmarks

Locations

Nationalities

  • German

Confessions

Publications

Links to institutions

1Universität Tübingen
student, 1940 - 1942
2Reichsuniversität Straβburg
student, 1942 - 1945
3Infanterie-Regiment 119
Soldat, 4 November 1937 - 1945
1918-04-08T00:00:00Z
Private life
Birth
1945-01-01T00:00:00Z
Private life
Thesis
1940-01-01T00:00:00Z
1942-01-01T00:00:00Z
Carreer
1942-01-01T00:00:00Z
1945-01-01T00:00:00Z
Carreer
1937-11-04T00:00:00Z
1945-01-01T00:00:00Z
Carreer
{"selectable":false,"min":"1913-01-01T00:00:00Z"}

References

À propos de cette page

Rédaction : ©Loïc Lutz



  1. Voir le site internet Lexikon der Wehrmacht via http://www.lexikon-der-wehrmacht.de/Gliederungen/Infanterieregimenter/IR119-R.htm, [en ligne], consulté le 5 janvier 2021.
  2. Landesarchiv Baden-Württemberg, Hauptstaatsarchiv Stuttgart, J 191, 1-1229866, dossier personnel Dr. med. Werner Lumpp. Voir aussi Herbert Hoffmann, Heinz H. Poker, Chronik der Stadt Stuttgart, vol. 39, Stuttgart, Klett Cotta Verlag, 1988, p. 230.