Chronos chronos left.png
Rusmed logo color.png
Chronos chronos right.png

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

François Georges Willig

From Commission Historique

,

François Georges Willig
First name François Georges
Last name Willig
Gender masculin
Birth 14 July 1888 (Soultz-sous-Forêts)
Death 1 February 1944 (Hadamar)
Father's occupation Tagner

Identities Willig, Franz


« Je suis le maître de l'horloge astronomique »

François Georges Willig (14 juillet 1888 - 1er février 1944)

François Georges (Franz Georg) Willig est l’une des trois victimes d’« euthanasie » originaires d’Alsace dont le passage dans les établissements psychiatriques a débuté par une admission à la clinique psychiatrique de Strasbourg en 1941 et dont l’identité a pu être retrouvée grâce aux travaux de la commission. Après l’annexion de l’Alsace en novembre 1940 au mépris du droit international, les établissements de soins psychiatriques ont subi une réorganisation. La clinique a d’abord été dirigée, à titre provisoire, par l’Alsacien Charles Buhecker. Toutes les cliniques de l’hôpital civil ont officiellement été placées sous la responsabilité du chef de l’administration civile en Alsace[31] au 1er avril 1941, et la « Reichsuniversität » Straßburg a été inaugurée le 23 novembre 1941. La chaire de psychiatrie et de neurologie a alors été attribuée à August Bostroem, effectivement présent sur les lieux au cours du semestre d’hiver 1942/43[32]. Après son rattachement au Gau de Bade, l’Alsace comptait deux asiles psychiatriques voués à la prise en charge des patients souffrant de pathologies psychiatriques chroniques et situés dans la périphérie de Strasbourg : Stephansfeld et Hoerdt. Entre 1941 et 1944, près de 15 % des patients admis à la clinique psychiatrique de la RUS ont été transférés vers l’asile de Stephansfeld[33]. François Georges Willig a été assassiné durant l’hiver 1944 à l’asile psychiatrique de Hadamar dans le cadre de l’« euthanasie décentralisée ».

Biography

« Je suis le maître de l’horloge astronomique ». Impossible d’en faire démordre François Georges Willig, comme le médecin de l’asile psychiatrique de Stephansfeld le consigne dans le dossier médical[34] le 9 juin 1942. À cette date, il a déjà passé presque une année dans des établissements psychiatriques. Pour autant qu’on le sache, sa vie a été jusque là précaire et très marquée par sa pathologie psychiatrique et ses conséquences.

Franz Georg ou François Georges Willig, naît le 14 juillet 1888 dans le petit village de Soultz-sous-Forêts, en Alsace du Nord[5]. Fils d’Elisa(betha) Romens et de Franz (François) Willig, il porte le même premier prénom que son père. Il a de nombreux frères et sœurs ; il est l’aîné d’une fratrie de dix enfants au total. Il est apparemment « bon élève » et apprend le métier de cordonnier[35]. À la rubrique « proches parents » de la fiche de données du dossier médical figure uniquement la mention « célibataire », une situation banale en soi qui sera en revanche décisive pour son avenir[36].
Son admission au service de psychiatrie de la RUS constitue une étape supplémentaire dans son parcours de vie dont les dernières années s’apparentent à une odyssée à travers la France et la Belgique. Durant la Première Guerre mondiale, il travaille pendant quelques années comme cordonnier dans l’armée, puis il devient « orthopédiste ». François Georges Willig est incarcéré à plusieurs reprises et fait des séjours de plusieurs semaines dans différentes prisons, à commencer par deux fois quelques semaines à cause d’une « altercation » et d’un « vol », selon ses propres dires. Entretemps, il vit dans un Ledigenheim (foyer pour célibataires) strasbourgeois ou retourne chez ses parents à Soultz-sous-Forêts. Sa dernière incarcération dure de juillet à décembre 1939 « car [il a] refusé de [s]e faire enregistrer en tant qu’Allemand ». Il est ensuite envoyé dans un camp non identifié à ce jour duquel il est transféré ultérieurement vers l’asile psychiatrique de Maréville, à la périphérie de Nancy. Il y passe six mois supplémentaires. Dans des circonstances obscures, il se retrouve ensuite dans la région d’Ypres (Belgique). « Une apocalypse a eu lieu là-bas », relate-t-il au médecin qui l’admet à Stephansfeld. Willig a probablement été témoin des violents combats lors de l’offensive de la Wehrmacht durant la Bataille de France, voire de la bataille de Dunkerque. Il n’est toutefois pas incorporé en tant que soldat dans l’armée française en raison d’un handicap physique. Il se retrouve alors temporairement en région parisienne avant de revenir finalement à Strasbourg en juillet 1940. Il n’y trouve pas de travail et vit « d’aides »[35]. Il habite en dernier lieu au 29 Weissturmstraße (actuellement rue du Faubourg national)[36]. Il commente lui-même la description de certains détails de son parcours : « Le certificat de mœurs[37], c’est ma vie ? Je suis très expérimenté après tout. »

INSÉRER CARTE POSTALE SOULZ-SOUS-FORÊT ICI ?

La documentation relative à son histoire (médicale) débute à l’été 1941. Alors âgé de 53 ans, il vit dans la chronische Abteilung (service des maladies chroniques) de la Straßburger Medizinischen Universitätsklinik C (clinique universitaire médicale C de Strasbourg) – une sorte d’hospice, provisoirement placé à l’époque sous la direction du médecin alsacien Édouard Nonnenmacher (1891-?) et de son assistant Auguste Lieber (1914-1987). L’interne chargé de son dossier juge que son admission à la clinique psychiatrique universitaire est indispensable. Il note brièvement que François Willig souffre de « paranoïa » et qu’il représente un « danger pour son entourage »[38]. Après son admission à la clinique psychiatrique, une schizophrénie est diagnostiquée et le médecin-chef par intérim précise qu’elle se manifeste par un « état d’agitation maniaque », un « délire de persécution » et des « troubles de l’intelligence »[39]. Le dossier ne mentionne pas d’éventuelles tentatives de traitement. Le 8 septembre 1941, François Georges Willig est transféré à l’asile psychiatrique de Stephansfeld[40]. La première observation qui y est faite à son sujet est succincte : « idées de persécution, conservation d’une certaine rigidité de l’affect »[41]. Dans une expertise ultérieure, le médecin mandaté, le docteur Durckard, ajoute « flots de pensées singulières », « hallucinations » et « tendance au repli sur soi » comme symptômes de la schizophrénie et décrit le patient comme étant « autiste » et « occasionnellement violent »[42]. En conséquence d’une autre pathologie, à savoir une maladie congénitale de la hanche, il est précisé qu’il « se dandin[e] en marchant »[43]. Il est catégorisé comme « invalide » et incapable de travailler. Pour cette raison, il reçoit une maigre rente d’invalidité qui couvre le coût des soins de l’établissement[44]. Durant l’été 1942, il est employé « à l’essai » dans l’atelier de cordonnerie de l’asile de Stephansfeld, mais de toute évidence, cette situation ne dure pas[45]. Le dossier porte la mention « ne travaille pas »[46] ou « inactif »[47]. Hormis cela, il existe peu d’informations sur son quotidien à l’asile psychiatrique. Le personnel médical décrit « cet homme aux larges épaules » et « doté d’une [expression] pantomimique très vivante »[43] comme un « malade facilement irritable »[48] qui fait de « fréquentes[46] crises de colère[49] ». En janvier 1942, le contenu de ces « crises de colère » est rendu de la manière suivante : « Ici se tiennent les hommes d’Addabanum, Adibena. Quand je regarde dehors, l’horizon s’éloigne. Je suis ici, que Dieu me vienne en aide, amen. Envoyez-le à Lisbonne. On nous a donné du café, on meurt quand on en boit. Où es-tu cœur humain ? S’ils ont pris un cours un jour, c’était pour être samaritain et non assassin. Ô cœur humain, tu es tombé bien bas ![49] » Quelques mois plus tard, à la fin de la transcription d’un discours similaire, on trouve la remarque : « Est de plus en plus agité, crie[46]. » D’une manière générale, le personnel de l’asile le perçoit comme un perturbateur : « Se querelle avec un autre malade de la salle »[50]. Le personnel a des difficultés à donner des sédatifs à François Georges Willig qui souffre de délire d’empoisonnement, un symptôme typique de la pathologie schizophrène : « Lors de la distribution des somnifères, [il est] agité, braille aux autres malades de ne pas prendre les somnifères parce qu’ils sont empoisonnés. »[51] Aucune autre tentative de traitement n’a été entreprise à Stephansfeld. On ne peut que présumer que l’absence de thérapie est due au classement de sa pathologie dans la catégorie « schizophrénie ancienne », une évolution chronique considérée généralement comme ayant peu de chances de guérison. Les entrées au dossier médical sont plus que concises pour l’année 1943 : « Toujours irrité et hostile »[52]. Avant son transfert le 5 janvier 1944, les seules observations sont les suivantes : « État inchangé. Crie souvent. Impossible de l’inciter à une quelconque occupation. »[53]

L’un de ses frères - Auguste Willig, qui vit dans le quartier du Neuhof à Strasbourg - reçoit un courrier de l’asile psychiatrique de Hadamar le 6 janvier 1944. L’information qu’il contient est brève : « Votre frère François Georges Willig a été transféré ce jour dans notre établissement. Compte tenu des conditions de circulation difficiles, nous vous prions de demander une autorisation spéciale à la direction de l’établissement pour les visites. »[54] Le contexte est le suivant : vers la fin de l’année 1943, les asiles psychiatriques alsaciens de Stephansfeld et Hoerdt ayant atteint leur capacité maximale, les lits disponibles viennent à manquer[55]. C’est la raison pour laquelle Ludwig Sprauer (1884-1962), oberster Medizinalbeamte (directeur général de l’Office régional des affaires sanitaires et sociales) de Bade, ordonne le transfert de 50 patients de chacun des asiles vers l’établissement de Hadamar (Hesse). Le 5 janvier 1944, les 100 patients sont déportés vers Hadamar lors d’un voyage en train de vingt-deux heures[56]. Peu après, Auguste Willig apprend le décès de son frère : « Nous avons le regret de vous informer que votre frère, François Georges Willig [...], est décédé ce jour dans notre établissement. Les obsèques auront lieu dans le cimetière de notre établissement.[57] » François Georges Willig est décédé supposément le 12 février 1944 à 6 heures 30 dans le cadre de l’« euthanasie décentralisée », après avoir reçu, selon toute vraisemblance, une surdose de barbituriques la veille. Afin de dissimuler le meurtre, une « grippe intestinale » est indiquée comme cause officielle du décès[58]. Il s’agissait durant cette phase de l’extermination des malades d’un diagnostic courant qui était censé suggérer une mort naturelle aux proches de la victime. Le taux de décès à l’asile psychiatrique de Hadamar s’élevait à plus de 70 % à cette époque. On ignore si la date indiquée correspond bien au jour du meurtre de François Georges Willig, car les dates de décès aussi étaient fréquemment falsifiées[59]. Il n’existe aucune information sur les derniers jours de François Georges Willig hormis ces données qu’il faut à prendre avec prudence.

Lea Münch

Traduction : Silke Vaissière-Trontin


Landmarks

Locations

Nationalities

  • German (1888 - 1919)
  • Alsacien (1888 - 1944)
  • French (1919 - 1944)

Confessions

  • Catholic

Publications

1888-07-14T00:00:00Z
Private life
Birth
1944-02-01T00:00:00Z
Private life
Death
{"selectable":false,"max":"1949-01-01T00:00:00Z","min":"1883-01-01T00:00:00Z"}

References



  1. AVES, 7 AH 008, n. pag. [fot. 79]
  2. Reichsuniversität Straßburg. Personal- und Vorlesungsverzeichnis. Wintersemester 1942/43. Heitz&Co, Straβburg, 1943, S. 37.
  3. Münch, Lea: Von Straßburg nach Hadamar. NS-Psychiatrie und Patient*innenschicksale im Elsass. In: Bonah/Schmaltz/Weindling: RUS-Sammelband.
  4. Eintragung in Krankengeschichte vom 9.06.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  5. 5,0 et 5,1 Acte de naissance d’Eugène Wallner, Acte n°15/1888, Archives départementales du Bas-Rhin, État civil de Soultz-sous-Forêts, 4E474/31.
  6. 6,0 et 6,1 Anamnese vom 19.09.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  7. 7,0 et 7,1 Stammdatenblatt, ADHVS Psychiatrische Krankenakte RUS Willig, Franz Georg Nr. 27/39 (1941)
  8. Französisch für „Zeugnis/Bescheinigung der Sitten/Anstandsregeln/Benehmen“. Oder vielleicht war „certificat de bonne vie et moeurs für „amtliches Leudmundszeugnis“ gemeint?
  9. Überweisungsbrief der Medizinischen Universitätsklinik C an die Psychiatrische Klinik vom 17.7.1941, ADHVS Psychiatrische Krankenakte RUS Willig, Franz Georg Nr. 27/39 (1941)
  10. Schreiben des kommissarischen Chefarztes der Psychiatrischen Klinik an das Städtische Gesundheitsamt Straβburg vom 17.07.1941, ADHVS Psychiatrische Krankenakte RUS Willig, Franz Georg Nr. 27/39 (1941)
  11. Eintragung in Krankengeschichte vom 8.9.1941, ADHVS Psychiatrische Krankenakte RUS Willig, Franz Georg Nr. 27/39 (1941)
  12. Aufnahmebefund vom 8.9.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  13. „Ärztliches Gutachten zu dem Antrag auf Invalidenrente vom 5.12.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  14. 14,0 et 14,1 Körperliche Untersuchung undatiert, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  15. Mitteilung der Landesversicherungsanstalt Baden vom 12.3.1942, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  16. Eintragung in Krankengeschichte vom 20.6.1942, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  17. 17,0 17,1 et 17,2 Eintragung in Krankengeschichte vom 9.6.1942, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  18. Bericht nach 14 Tagen vom 22.9.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  19. Eintragung in Krankengeschichte vom 28.10.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  20. 20,0 et 20,1 Eintragung in Krankengeschichte vom 29.1.1942, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  21. Eintragung in Krankengeschichte vom 5.1.1942, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  22. Eintragung in Krankengeschichte vom 20.9.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  23. Eintragung in Krankengeschichte vom 3.11.1943, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  24. Eintragung in Krankengeschichte vom 3.1.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  25. Schreiben der Anstalt Hadamar vom 06.01.1944 an August Willig, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  26. Heinz Faulstich, Hungersterben in der Psychiatrie 1914-1949 mit einer Topographie der NS-Psychiatrie (Freiburg im Breisgau: Lambertus, 1998). S. 362.
  27. Murielle Habay, Geneviève Herberich-Marx, und Freddy Raphaël, „L’identité-stigmate: l’extermination de malades mentaux et d’asociaux alsaciens durant la seconde guerre mondiale“, Revue des sciences sociales de la France de l’Est, Nr. 18 (1991): 38–62. S. 57.
  28. Schreiben der Anstalt Hadamar vom 12.02.1944 an August Willig, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  29. Sterbeurkunde vom 14.02.1944, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405
  30. Weiterführend: Dorothea Roer und Dieter Henkel, Hrsg., Psychiatrie im Faschismus. Die Anstalt Hadamar 1933-1945, 5. (Frankfurt am Main: Mabuse, 1996). Uta George, Hadamar: Heilstätte, Tötungsanstalt, Therapiezentrum (Marburg: Jonas-Verlag, 2006).
  31. AVES, 7 AH 008, n. pag. [photographie 79]
  32. Reichsuniversität Straßburg. Personal- und Vorlesungsverzeichnis. Wintersemester 1942/43. Heitz&Co, Straβburg, 1943, S. 37. [Annuaire du personnel et catalogues de cours. Semestre d’hiver 1942/43. Heitz&Co, Strasbourg, 1943, p. 37]
  33. Lea Münch: Von Straßburg nach Hadamar. NS-Psychiatrie und Patient*innenschicksale im Elsass. In: Bonah,Schmaltz,Weindling: RUS-Sammelband. (à paraître)
  34. Eintragung in Krankengeschichte vom 9.06.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Entrée au dossier du 09/06/1941, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  35. 35,0 et 35,1 Anamnese vom 19.09.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Anamnèse du 19/09/1941, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  36. 36,0 et 36,1 Stammdatenblatt, ADHVS Psychiatrische Krankenakte RUS Willig, François Georg Nr. 27/39 (1941). [Fiche de données de base, dossier psychiatrique ADHVS de la RUS de Willig François Georg n°27/39 (1941).]
  37. Terme français correspondant à Zeugnis/Bescheinigung der Sitten/Anstandsregeln/Benehmen. Le certificat de bonne vie et mœurs désignait peut-être aussi un amtliches Leudmundszeugnis, soit un certificat officiel de bonne réputation.
  38. Überweisungsbrief der Medizinischen Universitätsklinik C an die Psychiatrische Klinik vom 17.7.1941, ADHVS Psychiatrische Krankenakte RUS Willig, François Georg Nr. 27/39 (1941). [Lettre de transfert de la clinique universitaire médicale C du 17/07/1941 à la clinique psychiatrique, dossier psychiatrique ADHVS de la RUS de Willig François Georg n°27/39 (1941).]
  39. Schreiben des kommissarischen Chefarztes der Psychiatrischen Klinik an das Städtische Gesundheitsamt Straβburg vom 17.07.1941, ADHVS Psychiatrische Krankenakte RUS Willig, François Georg Nr. 27/39 (1941). [Courrier du médecin-chef par interim de la clinique psychiatrique du 17/07/1941 au service de santé de la ville de Strasbourg, dossier psychiatrique ADHVS de la RUS de Willig François Georg n°27/39 (1941).]
  40. Eintragung in Krankengeschichte vom 8.9.1941, ADHVS Psychiatrische Krankenakte RUS Willig, François Georg Nr. 27/39 (1941). [Entrée au dossier du 08/09/1941, dossier psychiatrique ADHVS de la RUS de Willig François Georg n°27/39 (1941).]
  41. Aufnahmebefund vom 8.9.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Constat à l’admission du 08/09/1941, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  42. „Ärztliches Gutachten zu dem Antrag auf Invalidenrente vom 5.12.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Expertise médicale sur mandat de la rente d’invalidité du 05/12/1941, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  43. 43,0 et 43,1 Körperliche Untersuchung undatiert, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405 [Examen physique non daté, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  44. Mitteilung der Landesversicherungsanstalt Baden vom 12.3.1942, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Communication de l’Office régional d’assurance de Bade du 12/03/1942, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  45. Eintragung in Krankengeschichte vom 20.6.1942, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Entrée au dossier du 20.06.1942, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, in: Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  46. 46,0 46,1 et 46,2 Eintragung in Krankengeschichte vom 9.6.1942, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199. Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Entrée au dossier du 09/06/1942, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  47. Bericht nach 14 Tagen vom 22.9.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Rapport après 14 jours du 22/09/1941, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  48. Eintragung in Krankengeschichte vom 28.10.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Entrée au dossier du 28/10/1941, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  49. 49,0 et 49,1 Eintragung in Krankengeschichte vom 29.1.1942, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Entrée au dossier du 29/01/1942, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405]
  50. Eintragung in Krankengeschichte vom 5.1.1942, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Entrée au dossier du 05/01/1942, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  51. Eintragung in Krankengeschichte vom 20.9.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Entrée au dossier du 20/09/1941, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  52. Eintragung in Krankengeschichte vom 3.11.1943, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Entrée au dossier du 03/11/1943, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  53. Eintragung in Krankengeschichte vom 3.1.1941, Psychiatrische Krankenakte Heil- und Pflegeanstalt Stephansfeld Nr. 199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Entrée au dossier du 03/01/1941, dossier psychiatrique de l’asile psychiatrique de Stephansfeld n°199, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  54. Schreiben der Anstalt Hadamar vom 6.01.1944 an August Willig, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Courrier de l’asile psychiatrique de Hadamar du 06/01/1944 à August Willig, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  55. Heinz Faulstich: Hungersterben in der Psychiatrie 1914-1949 mit einer Topographie der NS-Psychiatrie. Freiburg im Breisgau: Lambertus, 1998, p. 362.
  56. Murielle Habay, Geneviève Herberich-Marx, Freddy Raphaël: L’identité-stigmate: l’extermination de malades mentaux et d’asociaux alsaciens durant la seconde guerre mondiale, Revue des sciences sociales de la France de l’Est, Nr. 18 (1991): p. 38–62, ici p. 57
  57. Schreiben der Anstalt Hadamar vom 12.02.1944 an August Willig, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Courrier de l’asile psychiatrique de Hadamar du 12/02/1944 à August Willig, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  58. Sterbeurkunde vom 14.02.1944, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405. [Certificat de décès du 14/02/1944, Archiv des Landeswohlfahrtsarchivs Hessen 12, 405.]
  59. Informations complémentaires : Dorothea Roer, Dieter Henkel (dir.): Psychiatrie im Faschismus. Die Anstalt Hadamar 1933-1945. Frankfurt am Main: Mabuse, 1996, p. 5. Uta George: Hadamar: Heilstätte, Tötungsanstalt, Therapiezentrum. Marburg: Jonas-Verlag, 2006.