Chronos chronos left.png
Rusmed logo color.png
Chronos chronos right.png

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Gottfried Schaible

From Commission Historique


Gottfried Schaible
First name Gottfried
Last name Schaible
Gender masculin
Birth 18 February 1918 (Burgholz (Kr. Waiblingen))
Father's occupation Enseignant (Oberlehrer)

These Über die Häufigkeit des Diabetes Mellitus. Beitrag zur geographischen Verteilung des Diabetes Mellitus in Deutschland (Reichsuniversität Straβburg, 1945)
Thesis supervisor Wolfgang Lehmann
Profession Arzt

Title Dr. med.


Biography

Enfance et scolarité

Gottfried Schaible est né le 18 février 1918 à Burgholz, une petite localité située à proximité de la ville de Waiblingen dans le Wurtemberg. Il est le deuxième fils d’une fratrie de cinq enfants nés de l’union de l’enseignant (Oberlehrer) Theophil Schaible et de son épouse Marie-Luise née Wörner.

Quelques années après la naissance de Gottfried, la famille Schaible déménage à Balingen dans le Jura souabe. Gotffried fréquente tout d’abord l’école primaire pendant quatre années, de 1924 à 1928. À l’âge de dix ans, il entre à la Latein- und Realschule, où il étudie pendant deux ans. À la suite d’un nouveau déménagement vers une ville voisine, Gottfried entre au mois d’octobre 1930 au Friedrich-List-Gymnasium à Reutlingen jusqu’à la neuvième classe. Sept ans plus tard, en février 1937, il termine sa scolarité par l’obtention de son baccalauréat (Reifeprüfung).

À l’issue de sa scolarité, Gottfried effectue son service du travail obligatoire au Reichsarbeitsdienst, puis accomplit son service militaire au cours des deux années suivantes entre 1937 et 1939.


Les études de médecine

Avec le déclenchement de la guerre en septembre 1939, Gottfried est envoyé dans une position de défense sur la ligne Siegfried (Westwall). Cependant, il obtient très vite des autorités militaires un détachement lui permettant de commencer des études de médecine en parallèle à son engagement comme soldat. Au premier trimestre de l’année 1940, il étudie à l’université allemande de Prague.

Ses études sont ensuite interrompues par sa participation à la campagne de France, qui lui fait rater les deuxième et troisième trimestres de cours de l’année 1940. Toutefois, il obtient une permission au premier trimestre de l’année 1941 et parvient à poursuivre son cursus universitaire. Comme membre d’une unité du service de santé (San. Offz. Erg. Abt.), il s’immatricule à l’université Eberhard-Karl de Tübingen.

Il termine sa deuxième année d’études par l’obtention, le 7 mars 1942, de l’examen intermédiaire de médecine (ärztliche Vorprüfung). Il suit le premier semestre clinique, avant d’être muté dans une compagnie médicale à Strasbourg (San. Offz. Erg. Abt.) au cours du semestre d’hiver 1942-1943.

Gottfried s’immatricule alors à la Reichsuniversität Strassbourg, où il continue sa formation universitaire entre les deuxième et cinquième semestres cliniques, c’est-à-dire jusqu’à la fin du semestre d’été 1944. Pour son sixième semestre (semestre d’hiver 1944-1945), il est muté à l’université Ruprecht-Karl d’Heidelberg, où il envisage de présenter l’examen médical d’État au cours du printemps 1945, un examen qui permet l’obtention de l’autorisation d’exercer la médecine.


La thèse de doctorat de médecine

Sous la direction du Professeur Wolfgang Lehmann, directeur de l’institut de biologie raciale de la Reichsuniversität Strassburg, Schaible entreprend de parachever sa formation universitaire par la rédaction d’une thèse de doctorat de médecine. Sa thèse est intitulée : « Sur la fréquence du diabète sucré. Contribution à la répartition géographique du diabète en Allemagne » (Über die Häufigkeit des Diabetes Mellitus. Beitrag zur geographischen Verteilung des Diabetes in Deutschland).

Dans l’introduction de sa thèse, il explique qu’il est possible de chiffrer l’apparition de cette maladie dans les villes allemandes grâce aux ordonnances des médecins qui prescrivent des compléments alimentaires à leurs patients diabétiques qui reçoivent les produits des agences d’alimentation (Ernährungsämter). L’examen de ces documents permet en effet une étude chiffrée.

Avant d’analyser la répartition géographique des cas de diabètes sucrés dans le Reich allemand, Gottfried commence par dresser la situation pour la ville de Strasbourg. Ainsi, pour l’année 1942, il a recensé 590 diabétiques sur une population de 206.690 habitants, soit 2,9‰, de toutes catégories sociales et répartis comme suit :

Tableau 1 : Malades du diabète sucré à Strasbourg-Ville (n=590)
Âge (ans) Nombres de malades Nombre total Répartition des diabétiques (en %, n=590)
Hommes Femmes Hommes Femmes
0-20 4 1 5 1,4 0,4
20-30 6 7 13 2,0 2,4
30-40 27 13 40 9,3 4,5
40-50 63 31 94 21,5 10,5
Total: 20-50 100 52 152 34,2 + 4,8 17,8 + 5,5
50-60 105 80 185 35,5 27,2
60-70 74 126 200 24,9 42,8
70-80 16 34 50 5,3 11,6
80 et plus 1 2 3 0,4 0,7
Total: 50 - 80 et plus 196 242 438 66,1 + 3,3 82,3 + 2,4
Total général 286 294 590 50,6 + 2,9 49,4 + 2,9

Gottfried compare les résultats obtenus pour la ville de Strasbourg avec les données observées dans certaines villes d’Allemagne grâce aux travaux effectués par d’autres scientifiques :

Tableau 2 : La fréquence du diabète sucré dans certaines villes du Reich
(*: population de l'année 1933
**: uniquement Leipzig-Stadt
***: uniquement Breslau-Stadt)
Auteur ville Année Population totale Diabétiques sur mille
Umber Berlin 1940 4.346.074 14.153 3,2
Meerbeck Cologne 1940 756.605* 2.990 3,95
Beckert Dresde 1940 630.000 1.618 2,5
Luz Leipzig 1940 707.365** 2.287 3,2
Ribbentrop Breslau 1941 617.752*** 2.239 3,6
Schaible Strasbourg 1942 206.690 590 2,9

Gottfried donne quelques informations sur la morbidité, qui frappe entre 0,95‰ (Breslau-Campagne) à 2,5‰ (Schwalm) des diabétiques, mais remarque que sa méthode d’analyse ne permet pas de la déterminer avec précision. De plus, il dévoile la répartition des malades par sexe et il s’avère que dans tous les cas – sauf à Strasbourg –, les femmes sont plus sujettes au diabète que les hommes. D’autres tableaux permettent d’appréhender la répartition des malades de certaines villes d’après leur âge, montrant que les malades ont en majorité entre 60 et 70 ans. En-dessous de 50 ans, seuls un tiers des hommes et entre un quart et un cinquième des femmes sont diabétiques.


Landmarks

Locations

Nationalities

  • German

Confessions

Publications

Relationships

Disciple of

Links to institutions

1Universität Tübingen
student, 1 April 1941 - 31 March 1942
2Universität Heidelberg
student, 1 October 1944 - 31 March 1945
3Reichsuniversität Straβburg
student, 1 October 1942 - 1 October 1944
4Karls-Universität Prag
student, 1 January 1940 - 31 March 1940
1918-02-18T00:00:00Z
Private life
Birth
1945-01-01T00:00:00Z
Private life
Thesis
1941-04-01T00:00:00Z
1942-03-31T00:00:00Z
Carreer
1944-10-01T00:00:00Z
1945-03-31T00:00:00Z
Carreer
1942-10-01T00:00:00Z
1944-10-01T00:00:00Z
Carreer
1940-01-01T00:00:00Z
1940-03-31T00:00:00Z
Carreer
{"selectable":false,"min":"1913-01-01T00:00:00Z"}

References

À propos de cette page

Rédaction : ©Loïc Lutz