Chronos chronos left.png
Rusmed logo color.png
Chronos chronos right.png

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Walther Morgenthaler

From Commission Historique


Walther Morgenthaler
First name Walther
Last name Morgenthaler
Gender masculin
Birth 5 June 1917 (Konstanz)
Father's occupation Dentiste (Zahnarzt Dr.)

These Über die unterschiedliche Fortpflanzung bei elsässischen Studienlehrern und Berufsschullehrern (Reichsuniversität Straβburg, 1944)
Examen 31 May 1944
Thesis supervisor Wolfgang Lehmann
Profession Arzt

Title Dr. med.


Walther Morgenthaler (1917-?) est un médecin allemand originaire du pays de Bade. Il a étudié dans les universités de Fribourg-en-Brisgau (1939 et 1941), d’Iéna (1939-1940), de Rostock (1940-1941) et à la Reichsuniversität Strassburg (1941-1944), alternant entre les bancs de la faculté et l’engagement sur le front dans une unité de la Wehrmacht. En 1944, il publie sa thèse de doctorat réalisée sous la direction du professeur Wolfgang Lehmann (1905-1980) de l’institut de biologie raciale de la Reichsuniversität Strassburg.

Biography

Enfance et scolarité

Walther Morgenthaler est né le 5 juin 1917 à Constance dans le Grand-Duché de Bade, à l’extrême sud du territoire de l’Empire allemand, sur les bords du lac éponyme servant de frontière naturelle avec la Confédération suisse. Walther Morgenthaler est issu d’une famille aisée et versée dans le milieu médical. Son père, Friedrich Morgenthaler, était dentiste et docteur en odontologie (Zahnarzt Dr.). Il a visiblement exercé sa profession dans plusieurs villes d’Allemagne, d’abord à Constance où il a donné naissance à Walther avec son épouse Rosa née Widenhorn durant la Première Guerre mondiale, puis à Oberkirch et à Offenburg dans le Pays de Bade dans les années 1920 et 1930.

À l’âge de sept ans, Walther Morgenthaler débute sa scolarité à l’école élémentaire (Volksschule) d’Oberkirch, une ville de l’Ortenau située à une trentaine de kilomètres à l’est de Strasbourg. Il fréquente cette école pendant quatre années, de 1924 à 1928, puis devient élève à la Realschule d’Oberkirch jusqu’en 1934. Walther poursuit sa scolarité dans le secondaire et fréquente enfin l'Oberrealschule de la ville voisine d’Offenburg, où il réussit l’examen du baccalauréat en mars 1937.

Pendant les deux années qui suivent sa sortie du système scolaire, Walther Morgenthaler se soumet à ses obligations civiques et militaires tel qu’elles sont prévues par la législation en vigueur dans l’État national-socialiste depuis l’arrivée au pouvoir du parti nazi en janvier 1933. Dès le mois d’avril 1937, Walther Morgenthaler commence son service du travail obligatoire au Reichsarbeitsdienst. Après six mois de service, il accomplit ensuite son service militaire dans la Wehrmacht pendant un an et demi. Ce n’est qu’en mars 1939 qu’il est libéré du service actif et qu’il peut retourner à la vie civile et se consacrer à ses études de médecine.


Les études de médecine

Quelques semaines plus tard, Walther Morgenthaler s’inscrit à la faculté de médecine de l’université de Fribourg-en-Brisgau. Il commence sa formation dès le semestre d’été 1939, puis se rend à l’université d’Iéna, apparemment pour le semestre suivant qui s’arrête à la fin de l’année 1939. En janvier 1940, Walther Morgenthaler est appelé sous les drapeaux et mobilisé dans la Wehrmacht. En tant que soldat, il participe notamment à la campagne de France, à la suite de laquelle il obtient une permission pour reprendre ses études. Il termine les deux derniers semestres de la formation préclinique à l’université de Rostock en Saxe et réussit l’examen intermédiaire de médecine en mars 1941, un examen qui sanctionne les deux premières années d’études médicales.

Pour la suite de son cursus universitaire, Walther Morgenthaler reçoit une affectation à la compagnie étudiante de l’université de Fribourg-en-Brisgau pour le semestre d’été 1941. En qualité d’étudiant-soldat, il suit ainsi le premier semestre du cycle clinique, correspondant au cinquième de l’ensemble du cursus. Ensuite, avec l’inauguration de la Reichsuniversität Strassburg en Alsace annexée au semestre d’hiver 1941-1942, Walther Morgenthaler est détaché dans cette université et affecté dans la compagnie étudiante locale. Il suit à Strasbourg les cinq derniers semestres de sa formation, entre le semestre d’hiver 1941-1942 et le semestre d’hiver 1943-1944. Par ailleurs, entre le mois de juillet et le mois de novembre 1942, c’est-à-dire durant les vacances d’été, Walther Morgenthaler est à nouveau mobilisé dans le service actif et déployé sur le front dans la région du Caucase. De retour en Alsace, où il a effectué la moitié de son cursus académique, Walther Morgenthaler termine sa formation médicale au printemps 1944.


La thèse de doctorat de médecine

Durant ses études à Strasbourg, Walther Morgenthaler décide de parachever son cursus académique en préparant une thèse de doctorat de médecine sous la direction du Professeur Wolfgang Lehmann (1905-1980) de l’institut de biologie raciale de la Reichsuniversität Strassburg. En 1944, il publie sa thèse intitulée « Sur la reproduction différenciée chez les enseignants du secondaire et les professeurs de l’enseignement professionnel en Alsace » (Über die unterschiedliche Fortpflanzung bei elsäßischen Studienlehrern und Berufsschullehrern).

Dans l’introduction de son travail, il justifie l’intérêt de son sujet en rappelant que « dans les dernières décennies et particulièrement dans les années qui ont suivi la Première Guerre mondiale, on a enregistré un fort recul de la natalité en Allemagne, tout comme dans les autres pays européens ». Selon lui, un « taux de natalité élevé garantit aisément la sauvegarde de la qualité raciale et héréditaire d’un peuple  (die Erhaltung der vorhandenen Erb- und Rassenqualität eines Volkes), à la condition que les éléments de ce peuple aptes à transmettre un sang pur (die Erbtüchtigen) se reproduisent suffisamment ou plus fortement que les éléments inaptes (die Erbuntüchtigen) ». Ainsi, comme le recul de la natalité est un danger pour l’État national-socialiste, il apparaît important de déterminer si le déclin de la natalité concerne tous les couches du peuple. Autrement dit, il s’agit de voir si les éléments racialement purs sont moins impactés par ce recul démographique.

Justement, l’institut de biologie raciale de la Reichsuniversität Strassburg initie plusieurs recherches qui ont pour but d’approcher la reproduction au sein de divers catégories socio-professionnelles de la population alsacienne. Ici, le travail de Walther Morgenthaler est le premier d’une série imaginée par Wolfgang Lehmann. Faisant écho à ses propos introductifs, Walther Morgenthaler explique que « chacune de ces catégories de professions (Berufsgruppe) représente d’une manière ou d’une autre une sélection de certaines qualités et de capacités héréditaires ». Ainsi, parmi les fonctionnaires et les employés, Walther Morgenthaler décide de s’intéresser aux professeurs de l’enseignement général et professionnel, donc des personnes « dans les mains desquelles l’État met l’éducation de la jeunesse d’un peuple et qui doivent être responsables de cette éducation ». Ce sont des individus qui présentent en d’autres termes des qualités comme « la fidélité, l’obéissance, la fiabilité, la rigueur, la responsabilité et qui ont de grandes capacités intellectuelles ». Les enseignants sont donc de ce groupe des bons éléments raciaux, car le régime nazi a suffisamment confiance en eux pour leur confier l’éducation de la jeunesse.

Walther Morgenthaler s’intéresse à un corpus composé de quelque 689 enseignantes et enseignants alsaciens, rassemblé sur la base d’un recensement en date du 1er janvier 1942. Parmi ceux-ci, il compte 539 Studienlehrer (78,2%), c’est-à-dire des enseignants du secondaire occupant des fonctions de Studienrat, Studiendirektor, Oberschullehrer ou Assessor ; ainsi que 150 Berufsschulehrer (21,8%), une dénomination générique qui désigne les enseignants de l’enseignement technique et professionnel (comme les Studienräte et les Technische Lehrer und Werkstattlehrer der Handels- und Gewerbeschulen, sowie der Staatsbauschule).

Ayant accès aux dossiers personnels des enseignants conservés presque intégralement au Badisches Ministerium des Kultus und Unterrichts, Morgenthaler parvient à obtenir pléthore d’informations sur les fonctionnaires étudiés, à commencer par les données générales d’état civil (date de naissance, famille, mariage, données sur les épouses), ainsi que des éléments sur le métier (profession, service), etc. Il compile toutes ces données, les reproduit sous forme de multiples tableaux et de graphiques, et les compare avec d’autres études réalisées pour la Thuringe et la Prusse orientale.

À la fin de la longue conclusion de son travail, Walther Morgenthaler écrit que « les résultats de l’enquête sur le corps enseignant alsacien et les données concernant le corps enseignant de l’Altreich sont pratiquement identiques. Le nombre moyen d’enfants par mariage demeure toutefois dans les deux cas largement au-dessous du nombre minimum requis pour permettre la sauvegarde du peuple allemand (Bestandserhaltung des deutschen Volkes) ».


Lebenslauf « brut »

Am 5. Juni 1917 wurde ich, Walter Morgenthaler, als Sohn des Zahnarztes Dr. Friedrich Morgenthaler und seiner Ehefrau Rosa geb[orene] Widenhorn zu Konstanz a. B. geboren.

Von 1924 bis 1928 besuchte ich die Volksschule, von 1928 bis 1934 die Realschule in Oberkirch und anschließend die Oberrealschule in Offenburg, wo ich im März 1937 die Reifeprüfung ablegte. Nach Ableistung der Arbeitsdienst- und Wehrpflicht vom April 1937 bis März 1939 begann ich im S[ommer]-S[emester] 1939 mein Medizinstudium und studierte in Freiburg und Jena. Im Januar 1940 wurde ich wieder zur Wehrmacht eingezogen. Nach Teilnahme am Frankreichfeldzug wurde ich zum Studium an die Universität Rostock beurlaubt, und legte dort im März 1941 die ärztliche Vorprüfung ab. Danach wurde ich im S[ommer]-S[emester] 1941 zur Studentenkompanie Freiburg und dem W[inter]-S[emester] zu Studentenkompanie Straßburg kommandiert. Vom Juli bis November 1942 war ich an der Kaukasusfront eingesetzt. Gegenwärtig befinde ich mich im zehnten Studiensemester an der Reichsuniversität Straßburg.


Landmarks

Locations

Nationalities

  • German

Confessions

Publications

Relationships

Disciple of

Links to institutions

1Studentenkompanie Freiburg
Soldat, 1 April 1941 - 30 September 1941
2Reichsuniversität Straβburg
student, 1 October 1941 - 30 March 1944
3Studentenkompanie Strassburg
Soldat, 1 October 1941 - 30 March 1942
4Universität Freiburg-im-Breisgau
student, 1 April 1939 - 30 September 1939
student, 1 April 1941 - 30 September 1941
5Wehrmacht
Soldat, 1 January 1940 - 1 July 1940
Soldat, July 1942 - September 1942
6Universität Jena
student, 1 October 1939 - 1 January 1940
7Universität Rostock
student, 1 April 1940 - 30 March 1941
1917-06-05T00:00:00Z
Private life
Birth
1944-01-01T00:00:00Z
Private life
Thesis
1944-05-31T00:00:00Z
Private life
Examen
1941-04-01T00:00:00Z
1941-09-30T00:00:00Z
Carreer
1941-10-01T00:00:00Z
1944-03-30T00:00:00Z
Carreer
1941-10-01T00:00:00Z
1942-03-30T00:00:00Z
Carreer
1939-04-01T00:00:00Z
1939-09-30T00:00:00Z
Carreer
1941-04-01T00:00:00Z
1941-09-30T00:00:00Z
Carreer
1940-01-01T00:00:00Z
1940-07-01T00:00:00Z
Carreer
Wehrmacht, Soldat,
1942-07-01T00:00:00Z
1942-09-01T00:00:00Z
Carreer
Wehrmacht, Soldat,
1939-10-01T00:00:00Z
1940-01-01T00:00:00Z
Carreer
1940-04-01T00:00:00Z
1941-03-30T00:00:00Z
Carreer
{"selectable":false,"min":"1912-01-01T00:00:00Z"}

References

À propos de cette page

Rédaction : ©Loïc Lutz