Chronos chronos left.png
Rusmed logo color.png
Chronos chronos right.png

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Wolfgang Kiehl

From Commission Historique


Wolfgang Kiehl
First name Wolfgang
Last name Kiehl
Gender masculin
Birth 26 May 1908 (Berlin)
Death 31 October 1979
Thesis supervisor Georg Bessau
Profession Arzt

Title Dr. med.

Spécialités Kinderheilkunde


Biography

Wolfgang Kiehl naît le 26 mai 1908 à Berlin-Schöneberg. Son père est le conseiller juridique de la Deutsche Bank. Il fréquente le Treitschke Reformes RealGymnasium à Berlin-Wilmersdorf et y passe l’examen de fin d’études le 23 février 1928. Kiehl commence ses études de médecine à Fribourg-en-Brisgau. Il y suit l’ensemble de sa formation préclinique. Il passe ses semestres de formation clinique à Koenigsberg et à Berlin où il réussit l’examen d’état le 15 août 1934. Après son année de stage pratique, il travaille pendant plusieurs mois dans une maternité et comme remplaçant dans un cabinet de médecine générale en milieu rural. Kiehl obtient son doctorat à Berlin sous la direction de Georg Bessau avec une thèse réalisée à la clinique infantile universitaire. À partir d’avril 1936, il travaille à Berlin comme assistant à la Kaiserin-Auguste-Viktoria-Haus (KAVH), Reichsanstalt zur Bekämpfung der Kleinkinder- und Säuglingssterblichkeit (Établissement de lutte contre la mortalité des nourrissons et des jeunes enfants) pendant environ 6 ans. En 1938, il commence à collaborer avec Kurt Hofmeier qui dirige la KAVH.
Au début de la Seconde Guerre mondiale, Kiehl est incorporé dans la Wehrmacht. Il occupe un poste de médecin militaire au front jusqu’au 15 septembre 1940, date à laquelle il reprend ses recherches à Berlin. Ensuite, il est de nouveau appelé sous les drapeaux le 20 janvier 1942 et envoyé sur le front de l’Est en tant qu’Oberarzt et médecin de régiment. Le 1er juillet 1942, Wolfgang Kiehl doit suivre Kurt Hofmeier en Alsace annexée comme collaborateur scientifique, Hofmeier ayant entre-temps été nommé directeur de la clinique infantile de la Reichsuniversität Straßburg. À Berlin, sous la direction de Georg Bessau, Kiehl a mené des expérimentations « sur l’effet des antitoxines diphtériques spécifiques » et en a publié les résultats dans le volume 90 du Monatsschrift Kinderheilkunde (Mensuel de pédiatrie). Kurt Hofmeier présente une demande à la faculté médecine de la Reichsuniversität Straßburg pour que ces travaux soient reconnus comme thèse d’habilitation. Après deux rapports d’expertise positifs, l’un du professeur Otto Bickenbach (médecine interne), et l’autre du professeur Eugen Haagen (hygiène, bactériologie/virologie), la faculté de médecine décerne à Wolfgang Kiel le titre universitaire de Dr. med. habil (docteur en médecine habilité à diriger des recherches) le 23 juillet 1943[7].
On en sait encore très peu sur l’activité clinique de Wolfgang Kiehl à l’hôpital de Strasbourg. Dans une « déclaration de patrimoine et de revenus » faite par Kiehl à l’occasion de sa nomination comme Dozent (chargé de cours), il explique qu’il travaille au cabinet privé du directeur de la clinique, le professeur Hofmeier. En mars 1944, la part de Kiehl dans le règlement de soins privés de pédiatrie s’élève à 5-6 000 RM par an – une somme qui double son revenu annuel d’assistant scientifique à la clinique. La dernière phrase de la déclaration de Kiehl indique qu’il n’a pas de dette, que sa femme ne possède pas de biens et qu’il a trois enfants. Il est nommé chargé de cours et autorisé à enseigner la pédiatrie le 24 juin 1944. (Comme nous avons déjà vu plus haut, il avait obtenu l’habilitation en pédiatrie le 23 juillet de l’année précédente.)
Le catalogue de cours de la Reichsuniversität indique qu’à partir du semestre d’hiver 1942/1943, Wolfgang Kiehl et Kurt Hofmeier donnent ensemble un cours sur les maladies infectieuses[8]. Au semestre d’été 1944, les deux hommes dispensent ensemble trois cours de pédiatrie d’une heure chacun : un « cours de vaccination » un « cours de cuisine sur la nutrition infantile » et, pour les étudiants avancés, un « séminaire de pédiatrie ».
Les recherches de l’historienne Dorothee Neumaier ont montré que Wolfgang Kiehl a travaillé comme médecin consultant au foyer Lebensborn « Schwarzwald » dans la ville badoise de Nordrach à partir de juin 1943.[9]. Ensuite, les bâtiments et le matériel furent « aryanisés » pour que l’on puisse y installer la maternité Lebensborn. Entre cette date et le printemps 1945, 240 enfants y ont vu le jour.
Les nouveau-nés ou les bébés atteints de maladies potentiellement mortelles étaient envoyés à la clinique infantile universitaire de Strasbourg pour y être soignés. Nous avons retrouvé des documents attestant le décès de deux de ces bébés transférés à la clinique infantile universitaire : le nourrisson Rolf est décédé à Strasbourg le 8 août 1943 et le nourrisson Hellmuth y est décédé le 20 avril 1944. Tous deux ont été enterrés au cimetière sud de Strasbourg. Cependant, il est impossible de retrouver leur tombe car le cimetière a été fermé depuis[10].
Le docteur Wolfgang Kiehl quitte Strasbourg après la libération de la ville le 23 novembre 1944, mais nous ne connaissons pas la date exacte de son départ pour l’Allemagne. En revanche, ses activités d’après-guerre dans la zone d’occupation soviétique et en RDA sont bien documentées[11]. Le 15 août 1945, Wolfgang Kiehl reprend sa pratique médicale. Après la Seconde Guerre mondiale, le manque de médecins qualifiés conduit à l’allégement des procédures de dénazification à l’encontre des membres « nominatifs » du NSDAP dans toutes les zones d’occupation, de sorte que Wolfgang Kiehl ne rencontre aucune difficulté politique lorsqu’il reprend son activité médicale en Allemagne de l’Est. Il dirige jusqu’en 1973 la clinique infantile qu’il a fondée à Wernigerode, dans la région du Harz. Il a également mis en place un service pédiatrique dans le sanatorium de la région.
Il poursuit également sa carrière universitaire avec succès en RDA. Sa demande de transfert à la faculté de médecine de l’université de Halle est acceptée. Il est nommé chargé de cours en pédiatrie le 1er mars 1953. Toutefois, le poste de Chefarzt de la première clinique infantile de l’hôpital municipal Hufeland à Berlin-Buch lui échappe. Il doit donc continuer à se déplacer entre la clinique infantile de Wernigerode et l’université de Halle où il assure des cours.
Il prend sa retraite en 1973, à l’âge de 65 ans. Wolfgang Kiehl décède le 31 octobre 1979. Il est nommé verdienter Mediziner (médecin émérite). À Wernigerode, on garde de lui un souvenir positif plusieurs décennies après sa mort[12].
Il reste aux historiens à étudier les relations entre le foyer Lebensborn de Nordach/Baden et les établissements pédiatriques de la Reichsuniversität Straßburg.



Landmarks

Locations

  • Berlin (Germany)
  • Freiburg im Breisgau (Germany)[13]
  • Königsberg in Preussen (Germany)[13]
  • - 15 August 1934 : Berlin (Germany)[13]
  • 26 August 1939 - 15 September 1940 : Kriegseinsatz[13]
  • 1 April 1936 - 19 January 1942 : Berlin (Germany) Kaiserin-Auguste-Viktoria-Haus[13]
  • 20 January 1942 -  : Ostfront (Soviet Union)[13]
  • 1 July 1942 - 1944 : Straβburg (France)[13]
  • March 1945 -  : Potsdam-Babelsberg (Germany) Dietrich-Eckart-Str. 22[14]
  • 1943 - 1944 : Nordrach (Germany)[15]
  • 13 August 1945 - 1975 : Wernigerode / Harz (Germany) Forckestrasse 2[16]

Nationalities

Confessions

Publications

  • Kiehl, Wolfgang. Zur Beurteilung der Wirkung arteigenen Diphthereie-Antitoxins. Klinische Wochenschrift 22 (1943) : n.b.
  • Kiehl, Wolfgang. Zur Frage der Wirkung arteigenen Diphtherieantitoxins. Tierexperimentelle Untersuchungen. Die bisherigen Erfahrungen am Menschen mit Blut- und Rekonvaleszentenserumtransfusionen. Monatsschrift für Kinderheilkunde 90 (1942) : n.b.. [Habilitationsschrift]
  • Kiehl, Wolfgang. Über Myotonia congenita (Thomsen) unter besonderer Berücksichtigung der frühkindlichen Erscheinungsformen. Archiv für Kinderheilkunde 118 (1939) : n.b.
  • Kiehl, Wolfgang. Über angeborenen Totalprolaps. Archiv für Kinderheilkunde 119 (1940) : n.b.
  • Kiehl, Wolfgang. Über die Beeinflussung der Schick-Reaktion durch Leerserum (Diss. Berlin 1936). Monatsschrift für Kinderheilkunde 66 () : 339-351

Relationships

Reviewed by

Disciple of

1908-05-26T00:00:00Z
Private life
Birth
1979-10-31T00:00:00Z
Private life
Death
1936-01-01T00:00:00Z
Private life
Thesis
{"selectable":false,"max":"1984-01-01T00:00:00Z","min":"1903-01-01T00:00:00Z"}

References

  • Neumaier, Dorothee. Das Lebensbornheim "Schwarzwald" in Nordrach. Marburg : Tectum Verlag, 2017
  • Neumaier, Dorothee. Das Lebensbornheim "Schwarzwald" in Nordrach 1942-1945. In:Vom Nationalsozialismus zur Besatzungsherrschaft. Fallstudien und Erinnerungen aus Mittel- und Südbaden, , 83-101. Heidelberg : Verlag Regionalkultur, 2018
  • Schellinger, Uwe. Deportiert aus Nordrach. Das Schicksal der letzten jüdischen Patientinnen und Angestellten des Rothschildt-Sanatoriums (herausgegeben vom Historischen Verein für Mittelbaden - Mitgliedergruppe Nordrach). Zell am Harmersbach : Schwarzwälder Post,
  • Moser, Gabriele. Staat, Staatsbürger, Ausgrenzung. Normalität im NS-Staat. (Radiologie in der NS-Zeit, Teil 1.) Fortschritte aus dem Gebiet der Röntgenstrahlen 186 (2014), Nr. 1, 19-23.
  • Fischer, Andreas. Rolf Eckerlin zeigte. Erinnerung an verdienten Mediziner. Volksstimme (Sachsen-Anhalt), vom 18.9.2014, o. S.
  • Lilienthal, Georg. Der "Lebensborn e.v.". Ein Instrument nationalsozialistischer Rassenpolitik. Frankfurt/main: Fischer Taschenbuch, 1993.



À propos de cette page

Rédaction : ©Marquart, ©G.moser
Traduction : ©Élisabeth Fuchs



  1. Habilitationsakte Kiehl, Archives du Département d’Histoire des Sciences de la Vie et de la Santé..
  2. VL-Verzeichnis Wintersemester 1942/43, S. 63, ebenso 1943/44, S. 63..
  3. Moser 2014, 186..
  4. Neumaier 2017, 260..
  5. Neumaier 2017, 375-387..
  6. Fischer 2014..
  7. Habilitationsakte Kiehl, Archives du Département d’Histoire des Sciences de la Vie et de la Santé. [Dossier d’habilitation de Kiehl.].
  8. VL-Verzeichnis Wintersemester 1942/43, p. 63, ibid. 1943/44, p. 63. [Catalogue de cours, semestre d’hiver 1942/43 et 1943/1944.].
  9. Moser 2014, p. 186..
  10. Neumaier 2017, p. 260.
  11. Neumaier 2017, p. 375-387..
  12. Fischer 2014..
  13. 13,0 13,1 13,2 13,3 13,4 13,5 et 13,6 CV, 08011943.
  14. BArch, R 4901/13518.
  15. Neumaier 2017.
  16. Zeitung "Volksstimme", 18. September 2014.